C'est mon boulot, France info

Ces initiatives concrètes pour améliorer la "QVT", la qualité de vie au travail

Le bien être des salariés sur leur lieu de travail est devenu un objectif pour certaines entreprises. Le supplément économie du Parisien-Aujourd'hui en France consacre lundi huit pages à la question. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
L\'entreprise Zendesk de Montpellier et la salle de jeu mise à disposition de ses salariés.
L'entreprise Zendesk de Montpellier et la salle de jeu mise à disposition de ses salariés. (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

Bien-être et travail. Les deux mots peuvent paraître contradictoires et pourtant ils sont de plus en plus souvent associés. Le supplément économie du Parisien-Aujourd'hui en France consacre lundi 9 avril huit pages à la question. Avec des idées très concrètes pour rendre le quotidien des salariés plus joyeux.

"QVT" : si vous connaissez ce sigle, c'est que vous êtes sensible à la qualité de vie au travail. Votre entreprise s'y intéresse peut-être. Ce qui est de plus en plus souvent le cas. Le Parisien éco écrit que depuis cinq ans, la part accordée au bien-être et à la recherche d'épanouissement personnel n'a jamais été aussi importante.  Un expert cité par le journal explique que, désormais, les salariés attendent de leur entreprise qu'elle leur permette de se développer et de s'épanouir.

Des séances de "méditation de pleine conscience"

Le journal recense plusieurs initiatives pour redonner le sourire aux salariés. Première d'entre elles : inviter à la méditation. Et si vous croyez qu'on est là dans l'univers des start-up trop branchées, détrompez-vous. C'est Schneider Electric, 171 000 salariés, qui a lancé un programme de méditation de pleine conscience.
Au niveau mondial. "C'est un outil de développement personnel puissant", explique la responsable de cette opération. L'entreprise explique à ses salariés comment méditer au travail. Elle encourage la pratique et elle incite les collaborateurs à initier leurs collègues.

La sieste, elle, gagne du terrain, comme chez EasyRecrue. La start-up a carrément installé une salle de sieste de huit places dans ses locaux. Les salariés y vont à l'heure de la pause déjeuner pour 15 à 40 minutes.

Des consultations médicales ou des services de conciergerie

Beaucoup plus surprenant, l'initiative de la société immobilière Icade. Elle a installé l'an dernier la première cabine de téléconsultation médicale en entreprise. Les salariés peuvent y consulter un médecin à distance, sans quitter leur lieu de travail ni poser une demi-journée. Il suffit de prendre rendez-vous en ligne. On consulte un médecin à distance. La cabine peut mesurer la température et la tension. Et l'ordonnance s'imprime sur place !

De petites attentions qui changent tout. Il y a bien sûr les conciergeries d'entreprises, apparues il y a quelques années. Au siège européen de Manutan, à Gonesse, les salariés ont à leur disposition un pressing, des paniers de légumes bio, des timbres et des fleurs. Ils peuvent aussi se faire livrer leurs colis personnel ou acheter leur pain.

Le Parisien Eco cite aussi le cas de Sellsy, une entreprise rochelaise qui a installé un food truck devant son bâtiment. Tout est moitié prix pour les salariés ! Le dirigeant estime le coût à 75 euros par mois et par salarié. Mais en revanche l'absentéisme est inférieur à 1% !

L\'entreprise Zendesk de Montpellier et la salle de jeu mise à disposition de ses salariés.
L'entreprise Zendesk de Montpellier et la salle de jeu mise à disposition de ses salariés. (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)