"Ça ira encore mieux demain", un système pour permettre aux salariés de bien reprendre le travail après un long arrêt maladie

écouter (3min)

"C'est mon boulot" revient tout l'été sur 40 idées de business originales, des créations d'entreprise qui répondent à l'air du temps. Vendredi 29 juillet, le portrait de Cécile Prioul, qui a fondé "Ça ira encore mieux demain" pour aider l'employé qui reprend le travail après un long arrêt maladie et pour aider le manager à le réaccueillir.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un formulaire d'arrêt de travail devant une personne hospitalisée. (FRANCOIS DESTOC / MAXPPP)

Avec deux cancers, Cécile Prioul a connu la maladie au cours de sa carrière. Et à chaque fois, elle n'a pas pu reprendre son activité professionnelle de manager. D'où l'idée de proposer au salarié et à son manager un accompagnement pour le moment du retour.

"Il y a vraiment un décalage et un manque pour se préparer à reprendre une activité professionnelle."

Cécile Prioul

sur franceinfo

Cette solution est baptisée "Ça ira encore mieux demain" : "On a crée des box parce qu'on considère que ce sont des vraix cadeaux qui sont offerts par l'entreprise à ses salariés, qu'ils soient manager ou employé. Dans ces box, il y a un parcours digital avec de la tech, des connaissances, des exercices de préparation aux séances que les salariés peuvent avoir avec un expert de santé en entreprise. Il y a trois séances d'une heure et demie pour le salarié, un mois avant la reprise. Le manager a une séance de coaching pour réaccueillir son collaborateur", détaille Cécile Prioul à franceinfo.

Au programme de ces trois séances : un bilan sur ce qui vient de se passer, un temps consacré à la confiance en soi et un troisième volet sur les besoins de la personne qui revient au travail. L'idée, c'est d'éviter l'inaptitude. 

Il a fallu trois ans de préparation pour mettre au point ces box, pour trouver un partenaire pour les digitaliser et tisser un réseau d'experts de santé en entreprise. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.