C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Les nanoparticules dangereuses pour les travailleurs qui les côtoient

Va-t-on vers un nouveau scandale de l'amiante ? Selon une enquête de l'Inserm, les travailleurs qui sont exposés aux nanoparticules, ces composants que l'on trouve désormais partout, risqueraient des cancers du poumon.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Illustration : un soudeur professionnel à Granville, en Normandie.
Illustration : un soudeur professionnel à Granville, en Normandie. (J-C.&D. PRATT / PHOTONONSTOP)

Dans les dentifrices, les crèmes solaires, les confiseries, les pneus, les ciments, les peintures… Les nanoparticules sont omniprésentes dans notre environnement. Ces minuscules composants sont 50 000 fois plus fins qu'un cheveu et présentent des risques directs pour la santé.

Une bombe à retardement pour la santé des employés

D’ici 2020, on estime que six millions de personnes y seront exposées sur leur lieu de travail. Or une étude de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) alerte pour la toute première fois sur les risques encourus. Comme pour l'amiante, qui provoque 2 200 nouveaux cas de cancer chaque année, les scientifiques craignent qu’une vague de cancers du poumon ne touche cette population dans quelques années.


Les chercheurs de l'Inserm ont travaillé sur des souris. Ils les ont exposées aux mêmes doses de nanoparticules que deux groupes professionnels. Les soudeurs et les opérateurs des usines de fabrication de nanoparticules métalliques. Les résultats sont sans appel. Les poumons sont attaqués. Dans le premier groupe de souris, le tissu pulmonaire qui entoure les bronchioles a doublé de volume. Dans le deuxième groupe, encore plus exposé, le tissu était quatre fois plus épais. Tout ça vient confirmer une recherche déjà faite sur les humains eux-mêmes. Il y a deux ans, les scientifiques ont découvert des nanoparticules métalliques dans les poumons de soudeurs.

Les nanoparticules de plus en plus utilisées

Plus de 2 600 entreprises françaises utilisent des nanoparticules et c'est un tiers de plus qu'il y a deux ans. Les nanoparticules sont recherchées car elles apportent de la robustesse, de l'élasticité, de l'adhérence, et l'industrie en raffole.

D'après la revue Santé et travail, qui rapporte ces travaux de l'Inserm, si l'ensemble de la population peut être touchée, ceux qui les produisent sont les plus directement et durement touchés.

En bref : plus que trois jours pour voter aux élections réservées aux très petites entreprises.

Le scrutin est clos vendredi soir. On peut voter en ligne sur vote-election-tpe.travail.gouv.fr ou par courrier, grâce à l'enveloppe T que vous avez dû recevoir. En cas de problème, il y a un numéro de téléphone que l'on peut appeler, c'est le 05.57.92.58.82.

 

Illustration : un soudeur professionnel à Granville, en Normandie.
Illustration : un soudeur professionnel à Granville, en Normandie. (J-C.&D. PRATT / PHOTONONSTOP)