C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Les entreprises sont mal organisées, selon une majorité de cadres

L'entreprise se modernise, elle offre à ses clients de nouveaux services. Mais en interne, son mode de fonctionnement est à la traîne. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Illustration : les salariés demandent plus de souplesse en entreprise.
Illustration : les salariés demandent plus de souplesse en entreprise. (ERIC AUDRAS / MAXPPP)

Les entreprises n'ont plus que ce mot là à la bouche : "l'expérience client". Elle parle même du "client augmenté". Tout ça est rendu possible par le numérique. Mais si l'époque est au "tout pour le client", comment le salarié, lui, est-il traité ? Est-il pour autant un "salarié augmenté" ?

Les modèles d'organisation sont has been

Pas vraiment à en croire un sondage réalisé par OpinionWay pour le compte de Cap Gemini Consulting. Selon cette étude, le modèle d'organisation de la vie au travail n'a pas évolué à la même vitesse que le service rendu au client. Une majorité de cadres râle et déclare que l'organisation de leur entreprise, en interne, est has been. Elle est en retard, voire très en retard pour 7% d'entre eux. Un jugement d'ailleurs encore plus sévère dans le secteur public : le taux grimpe à 12%.

Ils veulent eux aussi leur part de souplesse. D'abord dans la possibilité de faire du télétravail, de travailler depuis leur domicile. Ils veulent aussi une organisation moins verticale. Il y a peu, l'Apec avait interrogé ses troupes. Il en ressortait que les deux-tiers des cadres travaillaient dans une organisation avec une hiérarchie très marquée, mais qu'ils ne reconnaissaient à ce mode de fonctionnement que des défauts : mauvais pour la circulation de l'information, pour la créativité et l'innovation.

La priorité : assouplir les horaires

Comme on consomme désormais où on veut et quand on veut, on veut pouvoir travailler de la même façon. Le sondage de Cap Gemini fait par exemple ressortir des demandes de travail en horaires décalés : 45% l'appellent de leurs voeux. Il y a aussi une forte demande pour des lieux décalés au sein de l'entreprise : des espaces de travail adaptés aux différentes tâches que l'on accomplit dans la journée. Quant à la première des demandes, 61% veulent des outils simplifiés de communication pour mieux partager les documents. Bref, une entreprise plus moderne, à l'intérieur comme à l'extérieur.

En bref : les emplois à domicile sont souvent dépourvus de contrat

29% des gardes d'enfants et 40% des aides à domicile se font sans contrat de travail écrit, selon la CFDT Santé Sociaux. Si 9 particuliers sur 10 ont le sentiment de bien rémunérer leurs salariés, seuls 80% accepteraient le même salaire pour faire ce travail.

Illustration : les salariés demandent plus de souplesse en entreprise.
Illustration : les salariés demandent plus de souplesse en entreprise. (ERIC AUDRAS / MAXPPP)