Cet article date de plus de trois ans.

C'est mon boulot. De visiteur de prison à spécialiste des neurosciences

écouter (3min)

Tout l'été dans "C'est mon boulot" on s'intéresse à ceux qui ont changé de métier, changé de vie. Jeudi, Erwan Deveze, visiteur de prison pour la Croix-Rouge internationale, devenu spécialiste des neurosciences et auteur reconnu.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un patient subit des tests neurologiques. Photo d'illustration. (MAXPPP)

Les changements professionnels surviennent souvent à la quarantaine. Erwan Deveze n'a pas suivi ce chemin là. C'est une lésion au cerveau, survenue au cours d'une opération – ses chevilles l'avaient lâché – qui l'a amené à basculer. Auparavant, il sillonnait l'Afghanistan, la Somalie ou le Kosovo pour le CICR, pour inspecter les prisons. Un métier qui ne s'apprend pas : "Vous êtes dans pays en guerre, vous êtes dans une prison où il fait noir. Avec des gens qui vous accueillent de façon assez fraîche. Il ne faut pas montrer ses hésitations parce que sinon, c'est perdu." 

Mieux comprendre pour guérir

Mais son corps lâche. Un accident opératoire le met à terre : "Je ne pouvais qu'écrire ou peindre donc j'ai écrit et j'ai peint." Il peignait déjà au cours de ses missions à l'étranger. Mais surtout, il se passionne pour le fonctionnement du cerveau, qui précisément est en danger. Il n'a aucune connaissance, aucune formation. Mais il veut mieux comprendre pour guérir : "Le meilleur moyen est d'écrire un livre, donc tu vas faire un travail de journaliste, d'investigateur. Tu vas aller rencontrer des dizaines et des dizaines de chercheurs et tu vas écrire un livre sur le cerveau."

Tout à coup, le déclic

Et ça marche. Une maison d'édition lui fait confiance. Puis une autre. Erwan Deveze, l'autodidacte qui incarne comme personne le concept de résilience, en est à son quatrième livre. Il continue à peindre, a su ajouter à son activité d'auteur, qui n'est pas très rémunératrice, d'autres cordes à son arc et pourtant, la nouvelle vie d'Erwan Deveze s'est jouée à peu. À un tout petit coin de ciel bleu dans un temps très chargé : "J'ai pu développer une activité de conférencier, de consulting sur  comment utiliser les connaissances que nous avons actuellement sur le cerveau pour mieux travailler, pour être un meilleur dirigeant."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.