C'est mon boulot. Crise sanitaire : les femmes cadres moins augmentées que les hommes

écouter (3min)

La crise sanitaire a porté un coup de frein à la réduction des inégalités salariales entre femmes et hommes. C'est une toute dernière étude de l'Apec, l'association pour l'emploi des cadres, qui le dit. En 2020, les femmes cadres ont été bien moins souvent augmentées que les hommes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme cadre dans une entreprise. (ODILON DIMIER / MAXPPP)

La toute dernière étude de l'Apec, qui sort mercredi 11 mai, met en lumière un phénomène inattendu. Si les cadres, en général, ont été nettement moins augmentés que d'ordinaire en 2020 – la part de cadres qui ont profité d'une augmentation est en baisse de dix points – les femmes sont encore plus à la traîne que d'habitude. Au cours de l'année dernière, les femmes cadres sont nettement moins nombreuses que les hommes à avoir été augmentées. Elles sont 47%, alors que 55% des hommes restés dans la même entreprise ont connu une hausse de salaire.

Les entreprises ont mis un coup de frein à leur politique de réduction des inégalités"Dans ce contexte de moindres marges de manoeuvre, visiblement, les entreprises n'ont pas souhaité poursuivre ce mouvement de réduction des inégalités entre hommes et femmes, ce qui est évidemment un problème, analyse Gilles Gateau, directeur général de l'Apec. Nous avions attiré l'attention sur ce risque l'année dernière, que les marges de manoeuvre de salaire se réduisant cela ne se fasse au détriment de la réduction des inégalités entre hommes et femmes."

Autre raison à ce déséquilibre : le télétravail

Les femmes cadres ont davantage été en télétravail que leurs homologues masculins. L'Apec estime que cela a eu un impact sur les rémunérations. L'Association pour l'emploi des cadres s'est aussi penchée sur les conditions de travail des femmes à la maison. Et elles ont été moins confortables que celles des hommes. L'Apec, qui a sondé près de 14 000 cadres, note que les femmes se sont plus souvent installées dans un salon, dans une cuisine ou dans un endroit où elles ont été souvent dérangées. Elles ont moins souvent que les hommes pu disposer d'un bureau isolé pour travailler.

Du coup, les femmes cadres ont moins confiance en leur avenir professionnel. Il existe un écart de dix points entre les femmes et les hommes sur ce point. La crise sanitaire a durablement marqué les femmes, qui réclament un changement de mentalité de la part de leurs managers et des augmentations de salaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.