"Mieux manger au ciné" pour sortir des produits industriels, gras et sucrés, et revenir vers des productions locales

La météo de ce début d’été vous incite peut-être à aller au cinéma. Une association soutient les propriétaires de salles qui vendent, avant la séance, des produits meilleurs pour la santé.
Article rédigé par Bernard Thomasson
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le Grand Rex, à Paris, est l'un des cinémas emblématiques à proposer des produits meilleurs pour la santé. (DIDIER ALLARD / INA / AFP)

Quand on se fait une toile, on peut éviter le fatidique pop-corn, les bonbons très sucrés, les biscuits industriels ou les produits trop gras. Mieux manger au ciné, c’est à la fois un site Internet, un concours lancé il y a trois ans, et une association. Sa présidente, Carole Scotta en a eu l'idée parce qu'elle aime le cinéma de qualité et la bonne nourriture :

"J'ai toujours trouvé curieux que les cinémas Art et essai, notamment, qui ont une programmation de qualité, n'aient pas une offre de confiserie en adéquation. Pourquoi ne pas proposer des produits moins sucrés, moins salés, moins gras ?"

Cette année, 70 produits étaient en lice pour entrer dans les salles de cinéma. Des produits sains, gourmands, responsables pour bien rémunérer leur fabricant, et qui peuvent se manger sans bruit, sans miettes, et sans odeur désagréable. Ils peuvent être intégrés en offre complémentaire de ce qui existe déjà dans les salles obscures.

Un chef étoilé pour présider le jury

Pour présider le jury, un chef étoilé, Christophe Saintagne : "Quand j'étais enfant, j'allais au cinéma avec mon grand frère, et je trouvais héroïque cette façon qu'il avait de manger une tablette de chocolat ! Aujourd'hui, on a trop laissé faire la grande industrie. On peut relocaliser et donner des marchés à des indépendants. Par exemple, ceux que nous avons primés ont inventé un pois chiche soufflé. C'est une réponse parfaite."

Car la problématique pour l’exploitant de salle est de disposer de produits qui puissent se conserver, se vendre à des prix acceptables, et qui ne nécessitent pas un personnel spécialement adapté. Parmi les lauréats, le pois chiche soufflé, qu’évoquait Christophe Saintagne, est fabriqué dans le Beaujolais, mais aussi des poires séchées du Lot-Garonne, des sablés préparés à Montpellier ou des cakes confectionnés à Nancy.

L’année prochaine, "Mieux manger au ciné" entend faire sa promotion sur la Croisette, au festival de Cannes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.