C'est mon argent, France info

L'assurance vie : le placement préféré des Français

On parle d’assurance vie avec une collecte pour les trois premiers mois de l’année de plus de 36 milliards d’euros. L’occasion de rappeler le bon mode d’emploi du placement préféré des Français.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(photo d'illustration © Fotolia)

36, 4 milliards d’euros, c’est la somme versée par nos concitoyens aux compagnies d’assurance pour l’ensemble des contrats d’assurance vie. C’est plus que l’année dernière, la collecte pour les trois mois premiers mois était de 34,7 milliards d’euros. Cela signifie que les Français ont épargné en assurance vie 1,7 milliards d’euros de plus que début 2015.

Les compagnies sont assises sur un tas d’or 

Si on prend l’encours global, autrement dit la tire lire et les provisions c’est 1 588,6 milliards d’euros (mille cinq cent quatre vingt huit milliards d’euros), c’est énorme. Mais cette somme appartient aux assurés et non aux assureurs. Nos concitoyens investissent aussi dans l’immobilier. Mais il est vrai que l’assurance vie et la pierre sont les deux mamelles de l’épargne. Alors l’assurance vie, parce que l’argent investis reste disponible, la fiscalité pas trop gourmande, surtout après huit ans de détention et cela reste un bon moyen de compléter sa retraite et de transmettre une partie de son patrimoine là encore dans de bonnes conditions. On peut aussi prendre des risques avec son épargne en assurance vie ou au contraire ne pas en prendre. Si on décide de prendre des risques : celui de gagner plus que les 2,5% qu’offrent les fonds en euros des contrats d’assurance vie qui eux, sont effectivement sans risque de perte en capital. C’est une épargne  "pépère" comme on dit. Et bien pour cela, il faut choisir les fonds en unités de comptes, autrement dit à base d’actions des contrats d’assurance vie. Avec les risques de fluctuation à la hausse comme à la baisse propre aux marchés boursiers.

On peut optimiser son épargne assurance vie

Epargner régulièrement et le plus tôt possible. Tout simplement parce que l’assurance vie est comme une boule de neige. Aux primes versées qui forment le capital s’ajoutent les intérêts (la performance ou rendement chaque année) qui se mélangent à leur tour au capital et c’est cela l’effet boule de neige. On appelle cela la capitalisation. Ensuite ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Pourquoi pas 20% en bourse si on a moins de 50 ans et si on conserve son épargne au moins 8 ans. Et ensuite, c’est important,  "isoler" ses gains dans le fonds en euros pour ne pas perdre le coup d’après. Si l’on approche de la retraite, mieux vaut rester ou tout mettre dans le fonds en euros.

Des précautions à prendre pour sécuriser sa succession

Bien identifier son ou ses bénéficiaires. Ce sont ceux qui percevront l’épargne accumulée et non consommée sur le ou les contrats-car on peut en avoir plusieurs. Eviter  les formulations  et autres simili épitaphes juridique de type  "à mon épouse, à mes enfants" car l’identité et le nombre peut varier. Et puis, si l’on veut garder secret ce cadeau post mortem et se donner la possibilité de changer le ou les bénéficiaires en toute liberté, le mieux est de désigner les heureux élus par clause testamentaire chez son notaire. Et pour tout comprendre sur l’assurance vie, rien de tel que la lecture du guide pratique 2016 "Epargne et assurance vie" aux éditions Françis Lefebvre.

 

(photo d'illustration © Fotolia)