C'est mon argent, France info

Intempéries, accidents : êtes-vous bien assuré ?

On vient de le voir avec les inondations sur la Côte d’Azur : les assurances sont là pour nous indemniser d’un préjudice. Est-on toujours bien assuré face aux accidents qui peuvent nous arriver, individuellement ou dans le cadre de notre famille ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Intempéries à Mandelieu le 4 octobre 2015 © Maxppp)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Hélas,  il n’existe pas de contrat universel qui nous assurerait contre tous les risques qui pourraient subvenir.  Le risque, c’est donc ne pas être bien assuré et donc de n’être pas ou peu indemnisé ou d’être trop assuré avec des garantis qui se superposent et donc de payer trop cher pour une protection qui ne sera pas pour autant meilleur.

D’une part, il y a des contrats spécifiques comme l’assurance auto ou encore le décès et l’invalidité pour assurer, par exemple  le remboursement d’un emprunt immobilier. Dans ces deux cas, auto et décès/emprunt immobilier, on n’a pas le choix. Pour parodier "Pas de bras, pas de chocolat",  c’est  "Pas d’assurance pas de prêt et pas le droit de conduire une auto".

Mais, en dehors de ces contrats particuliers qui correspondent à des protections particulières,  il y a deux contrats généralistes, c’est-à-dire ceux qui couvrent un grand éventail de garanties qui méritent qu’on les souscrive, même s’ils ne sont pas toujours obligatoires. Et il faut les souscrire pour être bien protégé :

Le premier est l’assurance dite de responsabilité civile. On la retrouve sous l’appellation plus connue de  "Multirisques habitation" mais contrairement à son nom, elle ne couvre pas que la maison mais aussi le souscripteur et aussi toute la famille à domicile pour les dommages corporels  et matériels qu’ils peuvent involontairement commettre.

Par exemple ?

Vous invitez des amis à déjeuner et l’un de vos invités se blesse en cassant un verre, glisse dans la cuisine et se casse une jambe ou encore vote chien mort un enfant.

Mais qu’est-ce qu’elle ne couvre pas, cette assurance ?

Bien sûr, les dommages intentionnels mais  surtout ne sont indemnisés  que seuls ceux que l’on appelle des "tiers". Vos amis dans l’exemple. L’assureur se substitue alors à vous ou à votre famille pour payer le préjudice des victimes mais vous ou un membre de votre famille, si vous êtes responsable de l’accident, vous ne serez pas indemnisés.

En résumé, on n’est pas assuré par les dommages causés à soi- même et à sa proche famille

C’est exact. C’est la raison pour laquelle, l’autre contrat indispensable car complémentaire du premier c’est ce que l’on appelle une GAV. En français, une assurance de garantie des accidents de la Vie.

Et qu’est -ce que cela nous apporte de plus ?

Tout ce qu’il manque à l’assurance habitation. Tout ce qui relève de la vie privée est protégé, pour l’assuré ou pour la famille s’il s’agit d’une GAV familiale. L’assuré et sa famille sont directement indemnisés en cas de chutes, d’intoxications alimentaires, de brulures. Mais la garantie va plus loin. En cas d’accidents médicaux ou d’agressions, par exemple ou encore de préjudices esthétiques. Avec prise en charges d’éventuels frais d’obsèques.

Uniquement chez soi ou dans un périmètre restreint ?

Non, dans de nombreux pays, en particulier dans les pays de l’Union européenne mais aussi dans le monde entier à l’occasion de voyages et de séjours  qui n’excèdent  pas trois mois.

Et cela coûte cher une GAV ?

Environ 100 euros par an pour une garantie individuelle et le double, 200 euros pour une assurance complète familiale.

(Intempéries à Mandelieu le 4 octobre 2015 © Maxppp)