Vaccin contre la bronchiolite de Sanofi : "Un grand espoir de voir enfin moins d'enfants malades", espère la présidente de la Société française de pédiatrie

Sanofi va pouvoir commercialiser un vaccin contre la bronchiolite pour les enfants de moins d'un an après avoir obtenu, vendredi 16 septembre, le feu vert de l'Agence européenne du médicament.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un médecin prépare une vaccination (Photo d'illustration). (FRED TANNEAU / AFP)

"C'est un grand espoir de voir enfin moins d'enfants malades", a déclaré ce vendredi 16 septembre sur franceinfo Christèle Gras-Le Guen, cheffe du service de pédiatrie au CHU de Nantes et présidente de la Société française de pédiatrie, alors que le laboratoire français Sanofi a obtenu le feu vert de l'Agence européenne du médicament pour un vaccin destiné à prévenir la bronchiolite chez les nouveau-nés. "Ce produit va être testé dès cet hiver dans un certain nombre de maternités" en France, explique-t-elle. Chaque année, 500 000 bébés français sont infectés par le virus. Ce vaccin est non seulement une bonne nouvelle pour les bébés, mais c'est aussi "une victoire pour la santé publique", selon un économiste de la santé.

franceinfo : Comment accueillez-vous cette nouvelle ?

Christèle Gras-Le Guen, présidente de la Société française de pédiatrie : Avec un grand grand espoir de voir enfin moins d'enfants malades durant l'hiver. C'est aussi un espoir de voir diminuer les contraintes de leurs parents et des services de pédiatrie qui sont toujours saturés, chaque hiver, par cette fichue maladie. Il faut préciser que les plus jeunes, et en particulier les moins de six semaines, peuvent faire des formes graves de bronchiolite. Ce sont eux qui sont admis dans les services de soins intensifs, de soins critiques pendant l'hiver, et pouvoir les protéger en priorité, c'est bien évidemment ce qu'on souhaite pouvoir faire avec ce nouveau produit. Cet anticorps va être proposé quasiment à la maternité, à toutes les familles qui le souhaitent, de manière à protéger l'enfant le plus tôt possible, puisque l'on sait que ce sont les plus petits qui sont à risque de forme graves. Ce produit va être testé dès cet hiver dans un certain nombre de maternités pour qu'à l'issue de ces tests, nous puissions le conseiller rapidement aux familles.

Est-ce qu'il est envisageable d'aller, comme d'autres vaccins, à une forme d'obligation ?

L'obligation pour d'autres vaccins est en lien avec une hésitation vaccinale, quand les parents ne sont pas vraiment convaincus par l'intérêt du produit. Là, je pense qu'en matière de bronchiolite, le poids de la maladie est tellement majeur et l'impact sur la santé des enfants et sur la vie des familles est tellement majeur que je ne pense pas qu'il y ait besoin d'obligation. Toutes les familles françaises savent le poids de la bronchiolite et, je pense, seront tout à fait favorables à protéger leurs petits de ce fléau puisqu'il s'agit vraiment d'un fléau.

Pourquoi ce médicament ne sera disponible que pour les enfants de moins d'un an ?

C'est là où ce virus a le plus d'impact sur la santé des enfants et on a exceptionnellement, après un an, des enfants hospitalisés ou fortement gênés par ce virus. Ce sont vraiment les premières semaines qui sont déterminantes. À ce titre, au-delà d'un an, il n'y a plus d'intérêt de la même manière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers C'est ma santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.