C'est ma santé, France info

Le diabète, une maladie qui peut s'avérer grave

Les complications liées au diabète sont nombreuses : amputations au niveau du pied, risque accru d'accident vasculaire cérébral, d'infarctus du myocarde ou d'insuffisance rénale. Des problèmes qui pourraient être évités si les diabétiques effectuaient les examens recommandés dans le cadre de la surveillance de leur maladie. Il faudrait donc mettre en place un accompagnement de ces personnes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Test de diabète mesurant le taux de sucre dans le sang © Maxppp)

Le diabète est une maladie qui est très fréquente puisque plus de 3 millions de personnes en France prennent un traitement pour soigner leur diabète. Les hommes sont davantage concernés que les femmes et sont également davantage touchés par des complications. L'une des plus fréquentes, c'est l'apparition d'une plaie du pied. Loin d'être anecdotique, ce problème a conduit 20 000 personnes à l'hôpital en 2013 dont 8 000 ont été amputées le plus souvent au niveau d'un orteil ou du pied. Six régions sont particulièrement concernées : Guyane, Guadeloupe, Martinique, La Réunion, la Basse-Normandie et le Nord-Pas-de-Calais. Et ce qui est dommage face à ce problème, c'est que les plaies peuvent facilement être évitées en éduquant le patient et surtout en allant voir régulièrement un podologue.

Les autres complications chez les personnes diabétiques sont les accidents vasculaires cérébraux, les infarctus du myocarde ou des insuffisances rénales terminales. Des évènements qui sont surprenants car ils surviennent chez des personnes qui sont traitées, prises en charge. Cela montre la gravité de cette maladie mais surtout cela pose la question du suivi de ces patients car de nombreux examens sont recommandés dans le cadre de la surveillance du diabète

Les personnes diabétiques ne font pas assez d'examens

Une chose est sûre : que ce soit pour des raisons financières ou par manque d'informations, beaucoup de diabétiques ne se soumettent pas aux recommandations émises par les professionnels. Il serait donc très utile de mettre en place un accompagnement de ces personnes pour réduire cette "inobservance". Pour bien comprendre le problème, il faut savoir que les personnes diabétiques doivent, d'une part, faire des analyses biologiques et d'autre part effectuer différents examens cliniques.

En ce qui concerne les examens biologiques, comme la mesure de la présence de créatinine dans le sang ou le dosage des lipides, 80 % des malades respectent cette recommandation. Mais ils ne sont que 30 % à mesurer leur micro-albuminurie, un test pourtant simple à partir d'un échantillon d'urine et qui est un bon indicateur du risque cardiovasculaire. Dans le même ordre d'idée, seulement un tiers des diabétiques voient régulièrement un cardiologue, un tiers leur dentiste, et ça ne progresse pas depuis 2007. Enfin, rappelons qu'on peut réduire les complications du diabète en évitant le surpoids, l'hypertension artérielle, en ne fumant pas, en faisant de l'activité physique et surtout en contrôlant régulièrement son taux de glycémie.

(Test de diabète mesurant le taux de sucre dans le sang © Maxppp)