C'est ma planète, France info

C'est ma planète. Le burger : l'autre ennemi du climat

Au salon Sandwich & Snack de la porte de Versailles à Paris a lieu aujourd'hui la troisième coupe de france du burger. Le WRI s'est justement penché sur l'impact climatique du nouveau sandwich préféré des Français.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un Miss Nissei veggie burger, proposé en octobre 2015 dans un restaurant branché de Lima, au Pérou.
Un Miss Nissei veggie burger, proposé en octobre 2015 dans un restaurant branché de Lima, au Pérou. (CRIS BOURONCLE / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ce plat venu des Etats-unis n'est pas vraiment l'ami de l'environnement, c'est le moins que l'on puisse dire. Est ce que vous savez qu'aux États Unis la consommation de viande a atteint les 100 kg par habitant et par an ? Alors que les médecins conseillent plutôt d'en manger moins de 25 kg, soit 500 g par semaine pour éviter les cancers. Au delà des questions sanitaires, cette surconsommation de viande posent des questions éthiques que ce se soit sur la forme: dans quelles conditions sont élévés les animaux ? Mais aussi sur le fond : puisque nous tuons des animaux pour les manger. Mais en plus, cela pose des questions climatiques puisque le World Ressources Institut, groupe de recherche américain, s'est penché aussi sur cet impact des burgers aux Etats Unis où l'on en avale 10 milliards par an et parce que la viande de boeuf est responsable de la moitié des émissions de gaz à effet de serre de l'alimentation du pays.

Veggie burger

Le WRI a aussi montré qu'en remplaçant les steaks de boeuf des burgers par des steaks végétariens on peut diviser par cinq les émissions de gaz a effet de serre et aussi réduire la consommation d'eau, puisqu'il en faut 13 500 litres pour produire seulement un kilo de boeuf alors qu'il n'en faut que 1 200 litres pour un kilo de blé par exemple. Et si vous n'aimez pas les steaks de blé, alors sans changer le goût mais juste en remplaçant 30% de la viande de boeuf par des champignons par exemple, le WRI estime que cela permettrait d'éviter 10,5 millions de tonnes de CO2, soit autant que ce qu'émettent 2,3 millions de voitures par an.

Les grandes chaînes s'y mettent

Mac Donald a bien lancé un veggie burger à l'automne dernier avec une galette de carotte et salsifis. Plutôt baroque pour l'inventeur du Big Mac. Aux États-Unis, la chaîne de restauration collective Sodexo a proposé à certains clients des menus qui réduisent leur empreinte climatique : au choix burgers ou lasagnes avec 25% de champignons dans la viande. Même chose pour la chaîne de burger américaine Sonic, qui promet à ses clients que leurs plats ont le même goût mais sans la culpabilité.

Un Miss Nissei veggie burger, proposé en octobre 2015 dans un restaurant branché de Lima, au Pérou.
Un Miss Nissei veggie burger, proposé en octobre 2015 dans un restaurant branché de Lima, au Pérou. (CRIS BOURONCLE / AFP)