C'est dans ma tête, France info

C'est dans ma tête. Les héros des stades

Le public se passionne pour les footballeurs vedettes, comme Kylian Mbappé. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Kylian Mbappé à son arrivée à l\'Elysée, le 16 juillet 2018, lors de la réception par le président de la République Emmanuel Macron, de l\'équipe de France de football, championne du monde 2018 en Russie. 
Kylian Mbappé à son arrivée à l'Elysée, le 16 juillet 2018, lors de la réception par le président de la République Emmanuel Macron, de l'équipe de France de football, championne du monde 2018 en Russie.  (GETTY IMAGES)

Le match France-Allemagne, qui a eu lieu mardi au stade de France, a montré, une fois de plus, la passion que suscite dans le public les footballeurs vedettes, comme Kylian Mbappé par exemple, et la fascination qu’ils exercent sur les jeunes.

Comment expliquer une telle fascination ?

Elle s’explique par le fait que ces vedettes du football sont, pour ces jeunes, ce que nous appelons, dans notre « jargon psy », des "images identificatoires". C’est à dire des personnages auxquels ils peuvent avoir envie de ressembler, des modèles et le support d’idéaux qui peuvent leur permettre de donner un sens, une direction à leur vie.

Des modèles pour leurs performances sportives ?

Oui, mais elles ne sont pas seules en cause. La qualité de leurs performances est déterminante parce que l’on ne peut être un héros que si l’on montre que l’on est capable, dans un domaine donné, d’aller au-delà de ce que le commun des mortels peut faire. Avec, cependant, une nuance, qui est que l’on ne peut être reconnu comme héros que si les qualités dont on fait preuve, sont susceptibles de faire l’unanimité. Un scientifique dont le travail fait progresser l’humanité, par exemple, ne pourrait devenir un héros que si l’on faisait en sorte que ses découvertes et leur importance soient connues du plus grand nombre et lui soient rendues accessibles. Mais on peut devenir un héros parce que l’on a fait preuve d’un courage exceptionnel, en escaladant par exemple, comme on l’a vu récemment, au péril de sa vie, la façade d’un immeuble pour sauver un enfant.

Les qualités sportives pas seules en cause ?

Les footballeurs comme Mbappé ne témoignent pas seulement de leur capacité à triompher, sur un stade, de leurs adversaires. Ils attestent aussi de la façon dont ils ont su triompher de l’adversité. Mbappé est né, comme beaucoup des jeunes qui l’admirent, dans l’une de ces villes où, la vie étant particulièrement difficile, les jeunes ont souvent du mal à imaginer qu’il puisse exister pour eux, dans la société, un avenir. Et il leur prouve qu’il est possible de faire de leurs rêves (d’argent, de place valorisée dans la société..), une réalité. Les footballers comme Mbappé ne sont donc pas seulement, pour ces jeunes, des héros du football, ils sont de véritables héros de l’espoir.

On peut dire qu’ils sont des héros positifs ?

Ils peuvent l’être à deux conditions. A condition qu’ils se "conduisent bien", parce que, s’ils se conduisent mal, ils peuvent, parce qu’ils sont des modèles, amener ceux qui les admirent à faire de même. Et à condition que les adultes qui s’occupent des jeunes dont ils sont les idoles (les parents, les enseignants, les éducateurs) expliquent bien à ces jeunes que leur succès n’a rien de magique, et qu’il leur a fallu, malgré leur talent, un travail acharné pour parvenir à la réussite. Pour que ces jeunes puissent faire, de ces héros qui les passionnent, le support d’un idéal de dépassement de soi, et comprendre, par là-même, le sens des efforts qui, à eux aussi, leur sont demandés.

Kylian Mbappé à son arrivée à l\'Elysée, le 16 juillet 2018, lors de la réception par le président de la République Emmanuel Macron, de l\'équipe de France de football, championne du monde 2018 en Russie. 
Kylian Mbappé à son arrivée à l'Elysée, le 16 juillet 2018, lors de la réception par le président de la République Emmanuel Macron, de l'équipe de France de football, championne du monde 2018 en Russie.  (GETTY IMAGES)