C'est comment ailleurs ? , France info

C'est comment ailleurs ? Le port d'armes par les policiers en Grande-Bretagne

Alors que 250 millions d'euros vont, en France, être affectés à moderniser le matériel des policiers, coup de projecteur sur la situation en Grande-Bretagne. Outre-Manche, la tradition historique du bobby non armé perdure.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Policier au pied de Big Ben à Londres, le 11 novembre 1997.
Policier au pied de Big Ben à Londres, le 11 novembre 1997. (PAUL VICENTE / AFP)

En Grande-Bretagne, moins de 5% de la police (en l'occurrence, les officiers) portent une arme à feu. Armes utilisées à sept reprises seulement entre mars 2015 et mars 2016. À six reprises l’année précédente. Deux fois seulement en 2013-2014.

Une particularité historique

Cette spécificité tient au concept même de force de police en Grande Bretagne. La police doit se faire  "par consentement". Être au service des citoyens plus que de l'État. Lorsque la Metropolitan Police est fondée en 1829, l'opinion publique, très attachée aux libertés individuelles, se méfie de ce que pourrait être une police professionnelle d'État, répressive. Il est alors décidé d'habiller les policiers en civil et de ne les équiper que de matraques.

D'abord contestés, ces policiers sont très vite appréciés. Du ministre de l'Intérieur à l'origine du dispositif, Sir Robert Peel (aussi appelé Bob Peel) les policiers britanniques garderont un surnom, les Bobbies, et des principes fondamentaux : faire de la prévention des crimes une alternative à la répression et la sanction. Conditionner le pouvoir de la police à son acceptation par les citoyens. 

Des policiers armés minoritaires, et sélectionnés 

Les policiers sont, en Angleterre et au Pays de Galles, moins de 7 000 à être armés. L'Irlande du Nord est un cas à part. Tous les policiers y sont armés. Pour pouvoir porter une arme, les policiers britanniques doivent être volontaires, passer des tests très stricts. Ils sont ensuite suivis psychologiquement. D'après un récent sondage, huit policiers sur dix ne souhaitent pas être armés. 

En 2009, le gouvernement britannique a en revanche autorisé la généralisation des tasers  (les pistolets à impulsion électrique). L’an dernier, la police britannique y a eu recours plus de 10 000 fois. Dans la majorité des cas de façon simplement dissuasive, en dégainant ou en pointant l'arme. Dans moins d'un cas sur cinq une décharge a été tirée.  

La menace terroriste change la donne

Face aux menaces d'attaques terroristes confirmées par les services secrets, le chef de la police londonienne a, l'été dernier, décidé d'armer davantage certains policiers. 2 800 policiers londoniens (sur 31 000) portent désormais une arme. Mais la philosophie globale n'a pas changé. " La majorité de nos policiers ne sont pas armés. Je crois sincèrement que cela permet d'avoir une relation plus saine entre police et citoyens " disait en juillet dernier le patron de la police de Londres.

 

Policier au pied de Big Ben à Londres, le 11 novembre 1997.
Policier au pied de Big Ben à Londres, le 11 novembre 1997. (PAUL VICENTE / AFP)