Cet article date de plus d'un an.

Sécurité routière : au Japon, des yeux géants sur des voitures pour éviter les accidents

Pour que les piétons et les véhicules autonomes se comprennent plus facilement, des chercheurs de l'université de Tokyo ont équipé leurs voitures de gros yeux de dessin animé. Et ça marche.

Article rédigé par Yann Rousseau
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Un voiture décorée à l'image du personnage Flash McQueen du film "Cars des studios Pixar, en juin 2021. (ELVIS GONZALEZ / EFE)

Une équipe de chercheurs de l’université de Tokyo a fait plusieurs expériences pour voir comment réagissent les voitures autonomes et les humains à l’approche d’un passage piéton.

>> Voitures autonomes : la révolution des véhicules sans conducteur au point mort

On sait que ces nouvelles voitures ont de plus en plus de capteurs et de caméras pour voir et comprendre ce qui se passe autour d’elles. Elles analysent notamment en direct ce qui se passe devant elles pour adapter leur conduite. Mais ces capteurs peuvent être déstabilisés par un piéton à l’arrêt qui déciderait soudain de traverser la route alors que la voiture approche. Le véhicule peut stopper de manière brutale ou alors peut rater le déplacement de l’humain et là, c’est l’accident.

L'inclinaison des yeux signale les intentions du véhicule

Installer ces yeux géants sur leurs voitures est un moyen de communiquer plus clairement avec les piétons. Ce ne sont pas des caméras, mais de vrais yeux mécaniques qui ressemblent un peu à ceux qui sont sur les voitures dans le dessin animé Cars des studios Pixar.

Ils ont construit de gros globes blancs de 20 centimètres de diamètre avec à un plus petit globe noir qui constitue l’iris de la voiture. Ce système est ensuite monté juste au dessus des pare chocs. Ces yeux bougent en permanence, ils vont de droite à gauche et de haut en bas, comme s’ils scrutaient la route et de cette manière, signalent les intentions de la voiture aux piétons.

Lorsque le véhicule approche d’un passage piéton et qu’il voit un humain approcher du bord de la route, les yeux se fixent sur lui et lui font ainsi comprendre qu’il a bien été repéré par la voiture et qu'il peut traverser sans crainte. A l'inverse, s’il arrive en courant, il pourra voir que la voiture ne l’a pas forcément repéré et qu’elle regarde ailleurs. Et là l’humain comprend automatiquement qu’il doit patienter un instant.

Trois secondes de réflexion

Ce véhicule avec des yeux n’est pas encore testé dans des conditions réelles, dans une vraie rue, en ville. Seulement, tout doucement, sur le campus, pour les réglages mécaniques. Mais les chercheurs ont testé leur système avec des étudiants équipés de casques de réalité virtuelle, dans lesquels ils se se sont retrouvés dans la rue, prêts à traverser. On leur a donné trois secondes pour décider de traverser ou d’attendre. Ils ont fait ça avec des voitures normales, puis avec des voitures avec des yeux.

L'expérience a montré que l’interaction était bien meilleure avec la voiture avec des yeux. Le piéton fait son choix très rapidement, sans hésitation. Et la voiture autonome, elle, n’est jamais surprise. En théorie, ça permettrait donc d’avoir beaucoup moins d’accidents. Maintenant, il faut accepter de monter des gros yeux sur sa voiture.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.