Santé : au Japon, une application pour conserver sa voix malgré un cancer ou la maladie de Charcot

écouter (3min)

Pour éviter de perdre sa voix pour toujours face à la maladie, une start-up japonaise propose de la garder en mémoire et ainsi de permettre au malade de continuer à l'utiliser via un téléphone. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un homme tape sur son smartphone (illustration). (FRANK HOERMANN/SVEN SIMON / SVEN SIMON)

C'est l’un des grands drames pour les personnes touchées par un cancer du larynx ou la maladie de Charcot : le risque de perdre sa voix ou de ne plus retrouver son timbre. C'est ce qui est arrivé à Michiko Sakai, une habitante de Tokyo de 67 ans, lorsqu'elle a appris en avril 2021 qu’elle était atteinte d’un cancer du larynx et que ses cordes vocales commençaient à être touchées. Son médecin lui a expliqué qu’elle allait pouvoir être soignée, mais qu’on allait lui retirer ses cordes vocales et donc qu’elle allait perdre sa voix. Avec son mari, Michiko a commencé à chercher sur internet des solutions éventuelles pour sauver sa voix et elle est tombée sur le site d’une start-up créée en 2020, par des anciens de l’université de Tokyo.

Cette société s’appelle CoeFont et propose à l’origine des services à des youtubeurs ou des studios d’animation. Elle se sert d’intelligence artificielle pour transformer du texte écrit en une voix humaine naturelle pour les vidéos.
Michiko et son mari ont contacté la start-up pour leur parler de leur problème et l'entreprise a proposé au couple d’utiliser gratuitement ses algorithmes.

Toutes les intonations sont gardées en mémoire

Concrètement, les équipes de CoeFont l’ont rencontré une semaine avant sa grande opération et ils l’ont fait parler pendant des heures. Il lui ont fait enregistrer 700 phrases avec toutes les intonations qu’elle utilise au quotidien. Ils avaient ainsi un échantillon très complet de sa voix. Ensuite, après l’opération, lorsque Michiko est devenue muette, ils lui ont installé une application sur son smartphone afin qu’elle puisse continuer à utiliser sa voix. Sauf que maintenant, elle tape sur son téléphone les mots qu’elle veut prononcer.

En direct, ses mots sont alors transformés par le système de synthèse vocale. Ils ressortent avec sa voix par le haut parleur du téléphone ou par une petite enceinte portable, avec un son très naturel. 

Bientôt plus besoin d'écrire ? 

CoeFont propose maintenant son service gratuitement aux personnes atteintes de cancer ou de la maladie de Charcot. Ils les rencontrent avant une opération lourde ou avant que la maladie ne progresse trop. Des dizaines de personnes ont déjà sauvé leurs voix de cette manière.

Mais la start-up veut aller plus loin désormais. Elle travaille sur une technologie qui éviterait au patient d’avoir écrire sur son téléphone. Il faudrait donc un système qui lise directement sur ses lèvres et qui transforme les mouvements de la bouche en une voix naturelle. Mais cette innovation ne devrait pas voir le jour avant encore quelques années.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.