Japon : un véhicule à conduite automatique à venir pour la mobilité des personnes âgées

écouter (3min)

Pour faire face à une population vieillissante au Japon, les entreprises cherchent de nouvelles solutions de mobilités. Cette mini voiture commandée par la voix, développée par Honda, pourrait voir le jour en 2030.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le véhicule CiKoma développé par Honda au Japon. (HONDA)

Au Japon, les grandes marques de l’automobile s’inquiètent de l’évolution de la société. Le pays vieillit et de plus en plus de personnes âgées n’osent plus conduire. Par ailleurs, de moins en moins de jeunes passent le permis. Les entreprises cherchent donc des solutions de mobilité différentes. Le constructeur automobile Honda teste des voitures pour les gens qui ne veulent pas ou qui ne savent pas conduire.

De loin, on dirait une petite cabine téléphonique sur trois roues.C’est un véhicule tout en hauteur, blanc. Sans coffre ni capot.

L’intérieur est très simple. Il y a juste la place pour s’asseoir et glisser un petit sac à main ou un sac de course. Et le petit tableau de bord est très épuré. Il n’y a pas de volant, juste un bouton pour démarrer et un mini joystick sur la droite de votre siège. Ce nouveau véhicule s’appelle CiKoma. "Koma" en japonais, c’est le cheval. Et les lettres "C" et "I" font référence à la "Coopération Intelligente". Pourquoi ? Parce que cette petite voiture va coopérer avec vous. Elle va vous reconnaître, vous retrouver dans la rue et elle va ensuite parler avec vous pour savoir où est-ce qu’elle doit passer vous prendre et où est-ce qu’elle doit ensuite vous déposer.

Comment le CiKoma roule sans conducteur ?

Les ingénieurs de Honda voulaient construire un véhicule bon marché qu’on peut utiliser pour des minis trajets, tout près de chez soi. Ce n’est pas pour un "road trip" à travers le Japon. Donc, le CiKoma ne se sert pas comme les autres grosses voitures autonomes de cartes haute définition ou de radar laser. Non, pour évoluer, il se sert de multiples caméras et de la discussion avec son utilisateur. Donc vous l’appelez par une application sur votre smartphone, il vous repère dans la rue et il s’approche de vous, mais il tient compte de ce qu’il voit.

Si par exemple, une voiture s’est arrêtée devant vous, il va vous indiquer, avec sa voix de synthèse, un endroit plus sûr pour lui pour se garer. Vous montez, vous définissez votre destination et la machine vous y emmène doucement en regardant toujours ce qui se passe devant elle et sur les côtés, exactement comme le ferait un conducteur humain. Si soudain, vous voulez vous arrêter ou lui faire prendre un autre chemin, et bien vous lui donnez un ordre soit en parlant, soit en donnant une légère impulsion au joystick et le CIKoma change tranquillement de direction. Un peu comme un cheval.

Une solution pour les personnes âgées ou les touristes

Honda explique qu’il veut surtout s’adresser aux gens qui ne peuvent pas conduire, mais qui ont besoin d’un peu de mobilité. Cela peut être des touristes étrangers dans une ville qu’ils ne connaissent pas ou des employés sur un immense campus qui veulent une solution simple pour se déplacer entre différents sites.

Et aussi, bien sûr les personnes âgées. Au Japon, il y a des tests à un certain âge pour voir si vous pouvez garder ou non votre permis de conduire. Et donc, chaque année, des dizaines de milliers de personnes âgées perdent le droit de conduire. Pourtant, elles veulent quand même continuer à se déplacer. Le CiKoma pourrait être la solution.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.