Japon : un système de reconnaissance faciale pour prendre le train vient d'être inauguré

Ce nouveau système permet aux voyageurs de monter à bord de leur train en se faisant reconnaître par des caméras fixées aux portiques. Ce système a été inauguré samedi dans une ville proche de Tokyo, dans la préfecture voisine de Chiba.
Article rédigé par Yann Rousseau
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Une gare de Tokyo, le 24 juillet 2017. Photo d'illustration. (TORU YAMANAKA / AFP)

Est-ce bientôt la fin des cartes de métro et des tickets ? Au Japon, dans la ville de Sakura, à l’est de Tokyo, des passagers peuvent, depuis samedi 15 juin, monter dans leur train sans aucun moyen de transport. Des caméras reconnaissent le visage des utilisateurs réguliers qui se sont enregistrés dans le nouveau système. C’est extrêmement fluide et c’est beaucoup d’économies pour le transporteur.

C’est l’opérateur d’une ligne de train locale, la Yamaman Yukarigaoka, qui a introduit cette nouvelle technologie pour tous les passagers. Elle avait été testée avant, pendant quelques mois, avec des volontaires sur six stations et tout s’était très bien passé. La solution est maintenant proposée à tout le monde.

Associer son visage et sa carte bancaire

La démarche pour y accéder est très simple. Elle se fait soit en ligne, sur le site du transporteur, soit directement aux guichets de l’une des gares de la ligne. Dans les deux cas, il faut enregistrer son visage et l’associer à une carte de crédit. Et ensuite, on peut monter à bord. Sur le côté des portiques d’entrée près des quais, des tablettes filment en permanence les passagers qui arrivent. Et lorsqu'un visage est reconnu, la porte s’ouvre automatiquement. La personne entre et il lui est facturé le coût d’un trajet normal ou avec une réduction si elle s'est enregistrée au préalable avec un tarif préférentiel. C’est très rapide, très fluide. Pas besoin de passer sa carte, son smartphone ou un ticket papier sur le portique d’entrée. Le même système va être déployé dans les bus de la ville, la personne pourra alors circuler partout sans jamais avoir à sortir quoi que ce soit de sa poche.

L’opérateur de la ligne dit que ce sera très rentable à terme pour lui. Il explique qu’il a fallu, en gros, investir 355 000 euros dans le nouveau système, mais qu’il va économiser sur les portiques classiques, qui coûtent très cher à l'entretien et au renouvellement. Il va aussi pouvoir supprimer les cartes et les billets papiers avec des bandes magnétiques. En tout, il pense réduire de 30% ses coûts d’émission des titres de transport.

Pas de débat sur la protection des données

D’autres villes depuis réfléchissent à ce genre de solution. À Osaka, une grande gare prépare une solution un peu similaire et sans portique. On marche entre des écrans bardés de caméras et si votre visage est reconnu automatiquement, votre carte de crédit est débitée immédiatement. Cette technologie devrait être mise en service l’an prochain. Les consommateurs y semblent plutôt favorables. Il n’y a pas eu de débat sur la protection des données ou de la vie privée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.