Gaspillage alimentaire : le gouvernement japonais parraine des services en ligne pour récupérer les invendus

écouter (3min)

Alors qu’au Japon plus de six millions de tonnes de nourriture finissent à la poubelle, le gouvernement parraine des services en ligne qui offre d’énormes réductions sur des plats ou des produits destinés à être jetés.

Article rédigé par
Yann Rousseau - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un supermarché à Tokyo, au Japon, le 17 août 2022. (RICHARD A. BROOKS / AFP)

Chaque année au Japon, plus de six millions de tonnes de nourriture finit à la poubelle : face à cet énorme gâchis, le gouvernement, qui s’inquiète toujours de l’approvisionnement du pays, multiplie les initiatives pour tenter de réduire le gaspillage alimentaire. Il parraine notamment des services en ligne qui propose des réductions sur des plats ou des produits qui finiraient normalement à la poubelle.

Une appli gratuite et sans abonnement

Ainsi, si vous finissez tard au bureau et que vous n’avez pas le temps de cuisiner, vous pouvez maintenant vous connecter sur votre smartphone à l’application "Tabete", qui veut dire "manger" en japonais. Très simple, gratuite et sans abonnement : il suffit d'y taper son adresse ou le nom de la gare ou la station de métro où vous descendez et vous découvrez un long menu. Ce sont tous les plats ou les produits alimentaires que les commerces de votre quartier vont jeter dans les prochaines heures. On y trouve des sandwiches, des pizzas ou des salades que la boulangerie ne peut pas resservir le lendemain, des plats frais préparés au rayon traiteur de votre supermarché ou les beignets du jour d’une grande chaîne de café.

En un clic, vous réservez le produit en ligne, avec des réductions de 30% ou 40%. Enfin, vous allez vous-même chercher le produit dans la boutique, dans le magasin avant de rentrer chez vous. Vous avez fait des économies et vous avez contribué à réduire le gaspillage alimentaire.

Les Japonais ont une obsession du produit parfait

Le problème du gaspillage est un peu particulier au Japon : les consommateurs locaux sont particulièrement attentifs à la fraîcheur de leurs produits et à leur qualité, avec une obsession pour le produit parfait.

Les supermarchés ou les magasins de bouche sont donc très sévères avec leurs fruits, leurs légumes, ou leurs desserts, et en jettent énormément de peur de ne pas satisfaire leurs clients. Surtout, les magasins suivent traditionnellement ce que l’on appelle ici la règle du tiers. C’est à dire qu’ils se débarrassent des produits bien avant leur date de péremption. Par exemple, s’il y a un délai de six mois entre la date de production et la date de péremption d’un bocal de légumes marinés, les magasins vont retirer le bocal des rayons deux mois avant son expiration réelle. Donc le gouvernement essaye aussi de pousser les commerces à changer ces habitudes.

Les études montrent que le gaspillage alimentaire commence doucement à baisser dans le pays. Ce n’est que le début d’un long combat, au Japon comme ailleurs dans le monde : chaque année, on perd sur la planète un tiers de toute la nourriture produite pour les humains. Ce sont des pertes dans les récoltes, dans les usines de transformation, dans les restos ou dans votre frigo. Si ces aliments étaient sauvés, explique le programme alimentaire mondial, il serait possible de nourrir deux milliards de personnes. 

Notons qu’avec six millions de tonnes de gaspillage alimentaire au Japon pour 126 millions d'habitants, cette chasse au gaspillage devrait inspirer la France, qui, elle, gaspille dix millions de tonnes de nourriture, pour deux fois d’habitants.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.