Cet article date de plus d'un an.

Fin de vie : aux Etats-Unis, l'Etat de l'Oregon fait toujours figure de précurseur avec la loi "Mourir avec dignité"

Alors que la convention citoyenne sur la fin de vie se termine en France, l'Etat de l'Oregon sur la côte ouest des Etats-Unis est réputé pour son libéralisme notamment sur les questions de la fin de vie. Dans cet Etat, la loi s'intitule "Mourir avec dignité".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
L'Etat de l'Oregon est l'un des plus libéraux des Etats-Unis sur la question de la fin de vie. (Photo d'illustration). (ALINE MORCILLO / HANS LUCAS)

La loi "Mourir avec dignité" dans l'Oregon consiste à autoriser le suicide assisté. Elle est entrée en vigueur en 1997 - neuf Etats américains ont suivi - et depuis quelques semaines, il n’y a même plus besoin d’être résident de l’Oregon, ce qui a fait dire à un groupe conservateur que la loi ouvre la porte au "tourisme de la mort" dans l’Etat. En France, la convention citoyenne termine ses travaux sur la fin de vie.

>> Fin de vie : "Il faut entendre" la Convention citoyenne en faveur d'une aide active à mourir, réagit Didier Martin, député Renaissance

Les conditions restent strictes. D’abord, il faut que le patient, qui peut ainsi mourir chez lui plutôt qu’à l’hôpital, soit considéré en phase terminale avec six mois ou moins à vivre selon l’avis de deux médecins. La loi exclut toutefois les maladies de Parkinson, la sclérose en plaques ou encore la démence. La personne doit être capable de prendre la décision d’elle-même et d’avaler elle-même les médicaments prescrits. En 25 ans, les médecins ont écrit 3 280 prescriptions de ce type. Deux tiers des patients sont morts après avoir consommé les médicaments donnés.

Des "doulas" accompagnent les patients

Là encore, l’Oregon a été pionnier dans le pays en légalisant en 2020 la psilocybine, un acide, sous certaines conditions. Plusieurs études montrent que ses effets soulagent les patients en atténuant la peur de mourir. D’après plusieurs docteurs, les drogues psychédéliques aident à changer de perspective, à dépasser le sentiment d’impuissance et à s’ouvrir aux autres. Mais elles peuvent aussi vous tuer d’où l’importance d’un suivi médical dans une clinique adaptée. 

Dans l'Etat, il existe des "doulas", qui assistent des futurs parents autour d’une naissance. C’est un accompagnement moral, spirituel, logistique parfois, mais jamais médical. Une "doula" n’est pas une infirmière. Il y a en aurait au moins 500 dans l’Oregon. Il s’agit, quelque part, comme avec les champignons, d’aider à surmonter la peur de partir, mais aussi d’écouter, d’aider à s’en aller en paix, à préparer la fin, à concevoir des souvenirs pour ceux qui restent, écrire une lettre par exemple pour le mariage d’un enfant des années avant qu’il ne se marie ou choisir la musique de ses funérailles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.