BD : Corto Maltese égal à lui-même dans "Équatoria", son dernier album

"Équatoria" est le nouvel album des aventures de Corto Maltese. Imaginé par deux Espagnols, il sort mercredi, 50 ans après sa création par Hugo Pratt.

Le dernier Corto Maltese, \"Equatoria\", est sorti mercredi 27 septembre 2017.
Le dernier Corto Maltese, "Equatoria", est sorti mercredi 27 septembre 2017. (CASTERMAN)

La nouvelle aventure de Corto Maltese, Équatoria (éd. Casterman), sort mercredi 27 septembre en librairie. Le héros le plus séduisant de la bande dessinée, à l'allure de dandy avec sa casquette, a fait le tour du monde. Une nouvelle aventure est donc un événement dans l’édition de la bande-dessinée. 

Il y a évidemment celles et ceux qui n’imaginent pas Corto Maltese autrement que sous la plume et le pinceau de son créateur, Hugo Pratt. Ceux-là passeront leur chemin car le maître vénitien est mort en 1995. Il a fallu 20 ans pour réactiver le personnage. Un duo espagnol a été choisi : le scénariste Juan Díaz Canales, connu pour la série à succès Blacksad, et le dessinateur Rubén Pellejero.

200 000 exemplaires

"Ce que j'ai toujours adoré chez Corto, c'est à quel point la frontière entre la réalité et la fiction est complètement floue, confie le scénariste Juan Díaz Canales. On a parfois la sensation qu'il pourrait être un personnage historique et, en même temps, c'est de la fiction, c'est un héros de BD que tout le monde connaît."

Rubén Pellejero (g.) et Juan Díaz Canales (droite) en 2015.
Rubén Pellejero (g.) et Juan Díaz Canales (droite) en 2015. (CASTERMAN / I.FRANCIOSA)

"On a parfois la sensation que [Corto Maltese] pourrait être un personnage historique", estime le scénariste espagnol Juan Díaz Canales.
--'--
--'--

Deux Espagnols pour remplacer un Italien et ce Corto nouvelle manière, ça marche ! En 2015, Sous le soleil de minuit, le premier tome de ces nouvelles aventures, a été bien accueilli. Des critiques sympathiques, un honorable succès commercial. Corto Maltese s’est placé en tête des ventes pendant quelques semaines. Ce deuxième essai, Équatoria, sort en même temps en France, en Espagne, en Italie. Pour un premier tirage de 200 000 exemplaires.

Un héros de 50 ans qui n'a pas pris une ride

Sur le fond, les lecteurs peuvent être rassurés. Ils vont retrouver le gentilhomme de fortune, séducteur, placide et provocateur, toujours prêt à courir derrière un trésor, mais qui préfère finalement la beauté du geste à l’appât du gain. On retrouve tous les éléments de langage mis en place par Hugo Pratt. L’aventure d’Équatoria se déroule en 1911, démarre à Venise et rebondit d’Alexandrie à Zanzibar. Le fond historique est parfaitement mis en scène. Même si, à la dernière page, on réalise qu’il va falloir attendre le prochain épisode pour conclure l’affaire, on ne referme pas le livre frustré.

Dans Équatoria, les auteurs font dire à Corto Maltese : "Je ne vois aucun intérêt à devenir un aventurier de papier." Une jolie femme lui répond : "Pauvre Corto ! Comme si on pouvait choisir." Corto Maltese fête les 50 ans de sa création cette année. La semaine prochaine, c’est un nouveau Largo Winch qui arrive, le 21e album. Mi-octobre, ce sera au tour d'Astérix et d'Obélix de tout écraser sur leur passage avec un premier tirage à plus de 4 millions d’exemplaires.

Réécoutez la critique de Jean-Christophe Ogier, spécialiste bande-dessinée à franceinfo, sur "Equatoria", le dernier Corto Maltese.
--'--
--'--

Découvrez quelques pages du nouveau Corto Maltese (éditions Casterman)