BD bande dessinée, France info

BD bande dessinée. Hommages en images

Quand on fait de la bande dessinée, le meilleur moyen de réfléchir à son art, c’est encore de prendre son crayon, sa plume ou son pinceau. Démonstration avec les dessinateurs Blutch, charnel, Marc-Antoine Mathieu, cérébral, et Fabcaro, ailleurs.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoJean-Christophe OgierRadio France

Mis à jour le
publié le

TROIS AUTEURS, TROIS LIVRES POUR L\'HUMOUR DE L\'ART
TROIS AUTEURS, TROIS LIVRES POUR L'HUMOUR DE L'ART (BLUTCH, DARGAUD / MARC-ANTOINE MATHIEU, DELCOURT / FABCARO, 6 PIEDS SOUS TERRE)

Blutch super fan

Après 30 ans de métier qui l’ont vu naviguer de Fluide glacial à Jazz Magazine en passant par la revue "à suivre", signer une quarantaine d’ouvrages - du péplum à l’autofiction -, présider le festival d’Angoulême, jeter des ponts avec le cinéma d’auteur, Blutch, qui a puisé son pseudonyme dans la BD pour enfants - c’est le nom de l’un des héros de la série Les Tuniques Bleues -, revisite aujourd’hui les lectures qui l’ont marqué. Le livre, grand format, a pour titre Variations.

Le dessinateur y réinterprète Les Pieds nickelés, Blake et Mortimer, Tintin, Astérix, Alix, Gaston Lagaffe, Lucky Luke ou Blueberry. Il convoque aussi les œuvres de Tardi, Bretécher, Lauzier ou encore Crépax et Wolinski. A chacun, il consacre une planche, une seule, parfois reprise case pour case, souvent subtilement décalée. Dans ce jeu de copiste infidèle, Blutch propose une réflexion sur les mouvements, les postures, les regards, les corps (avec une prédilection pour le nu féminin). Il démonte la mécanique de l’humour et du drame, s’attache à la matière, aux formes. Et réveille notre rétine.

Variations, Blutch, aux éditions Dargaud.

Marc-Antoine Mathieu, pour l'amour du livre

A l’inverse, Marc-Antoine Mathieu, par ailleurs scénographe d’expositions, et qui fait de chacun de ses albums un continent à explorer, choisit cette fois de privilégier les signes pour dire son amour de l’art du bout des livres.

Le livre des livres ne compte que des fausses couvertures et leurs pendants, ce qu’on appelle les quatrièmes de couv’. Le livre des livres rassemble ainsi une trentaine d’ouvrages qui n’auraient d’existence que par ce qu’ils offrent au regard sans qu’on ait à les feuilleter.

Les images de ces couvertures font de l’œil à Magritte, à Moebius ou à François Schuiten. Les polices de caractères nous rappellent immédiatement celles d’Hergé ou de Taniguchi. La mention de l’éditeur est chaque fois loufoque, mais on l’associe tout de suite à un sigle déjà vu. Sans parler des prières d’insérer, ces courts textes composés pour donner envie d’un livre quand on le regarde par derrière. Elles sont inracontables.

Le Livre des Livres, Marc-Antoine Mathieu, aux éditions Delcourt.

Fabcaro, ni roman, ni photo

En 2015, vous aviez adoré Zaï Zaï Zaï Zaï ? Pour terminer 2017, offrez le nouveau titre de Fabcaro : Et si l’amour, c’était aimer ? Fabcaro invente le roman-photo dessiné et plonge avec délectation dans l’humour absurde le plus sérieux.

Et si l’amour, c’était aimer ?, Fabcaro, aux éditions 6 pieds sous terre.

TROIS AUTEURS, TROIS LIVRES POUR L\'HUMOUR DE L\'ART
TROIS AUTEURS, TROIS LIVRES POUR L'HUMOUR DE L'ART (BLUTCH, DARGAUD / MARC-ANTOINE MATHIEU, DELCOURT / FABCARO, 6 PIEDS SOUS TERRE)