A toutes saveurs , France info

Pommes de terre de Noirmoutier et la cuisine de J.F Piège à Cannes

Sur l’île de Noirmoutier, Laurent Mariotte a rencontré Gaëtan Gendron, producteur de pommes de terre pour tout savoir sur la Bonnotte, la star de l’île. Côté Festival, c’est l’événement cinéma à Cannes. Jean-François Piège, chef étoilé du "Grand Restaurant", prépare un menu d’exception à cette occasion.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Laurent Mariotte et Gaëtan Gendron devant des Bonnottes © Radio France / Laurent Mariotte)

La Bonnotte de Noirmoutier : une pomme de terre remise au goût du jour  

 

Fierté de l’île de Noirmoutier, la Bonnotte est en réalité née en Basse-Normandie, dans la Manche. Dans les années 1930, un cultivateur ramène dans ses bagages une nouvelle variété de pomme de terre de la région de Barfleur dans la Manche. Elle fait ses premiers pas sur l’île indifféremment sous les noms de "Bounotte", "Bonnette" ou encore "Bonnet".

Récoltée et plantée à la main, elle disparaît dans les années 1960, trop fragile pour supporter la mécanisation agricole. Depuis 1995, Le travail de la coopérative agricole de Noirmoutier a permis de remettre au goût du jour cette pomme de terre primeur.

 

(Gaëtan Gendron devant des pommes de terre "Bonnottes" © Radio France / Laurent Mariotte)

 

Un terroir vendéen pour une pomme de terre d’exception

 

Sur l’île de Noirmoutier, Gaëtan Gendron cultive la Bonnotte depuis plus de 20 ans. Pourquoi se plait-elle tant sur le littoral vendéen ? Avec une terre sablonneuse, les embruns de l’océan et très peu de gelée, le terroir est propice à la culture de la Bonnotte. Pour nourrir le sol, Gaëtan Gendron utilise une méthode de culture traditionnelle du littoral : ses sols sont nourris au goémon (algues brunes que l’on ramasse sur les plages) riche en oligoéléments. Plantées à la chandeleur, les Bonnottes sont récoltées à la main pendant les deux premières semaines de mai uniquement. Au-delà, elles deviennent dures et perdent leur saveur de primeur.

"Avec son petit goût de châtaigne et de pâtisson " comme le dit Gaëtan Gendron, la Bonnotte de Noirmoutier n’a aucune peine à trouver ses amateurs. On la retrouve sur les étals pour une période de très courte durée (deux semaines environ), moyennant 5 euros le kilo sur l’île. Sur le continent, les prix peuvent atteindre 16 euros le kilo voire plus !

Je vous déconseille de l’acheter au-dessus de 8 euros le kilo !

 

Recette de la cocotte de Bonnottes de Noirmoutier à la mertensia

 

Pour 4 pers.

 

  • 600 g de Bonnottes de Noirmoutier

  • 1 gros bouquet de mertensia maritima

  • Huile d'olive

  • 60 g de beurre salé

  • 1 poignée de fleurs de bourrache

  • Poivre

     

    Lavez les Bonnottes de Noirmoutier et mettez-les à cuire (sans les peler) 30 à 40 minutes environ à couvert dans une cocotte avec la moitié de la mertensia et un peu d'huile d'olive et de poivre.

    Remuez régulièrement. Lorsqu'elles sont cuites, coupez-les en morceaux et mélangez-les, encore chaudes, aux feuilles de mertensia fraîches avec le beurre en petits morceaux.

    Dégustez-les telles quelles ou avec un poisson grillé et parsemé de fleurs de bourrache.

     

(Jean-François Piège cuisine le 7e art)

Jean-François Piège cuisine Visconti pour le Festival de Cannes

 

Pour la troisième année consécutive, trois grands chefs font leur cinéma.

A l’occasion du Festival de Cannes, Jean-François Piège (Le Grand Restaurant, Paris 8e) a été invité à choisir un film qui a marqué l’histoire du Festival pour le réinterpréter autour d’un menu.

Au programme de la séance, Le Guépard de Visconti. Pour Jean-François Piège, le choix est venu de la réplique de Burt Lancaster : "Pour que rien ne change , il faut que tout change ".

Autour de Visconti, un menu d’inspiration italienne évidemment : "carbonara de calamar" ou encore "pizza soufflé", Le Chef du Grand Restaurant a eu envie "d’amener ailleurs des plats et des produits qu’on croit connaître ".

Un événement cinéma et culinaire à retrouver sur les plages privées Nespresso.

 

 

 

(Laurent Mariotte et Gaëtan Gendron devant des Bonnottes © Radio France / Laurent Mariotte)