A première vue, France info

Un bien beau discours

A première vue, c'était un bien beau discours comme on aimerait en entendre plus souvent. Un vrai discours présidentiel, les yeux dans les yeux si l'on peut dire. Avec ce qu'il faut de compassion, peut être quelques légers mensonges, mais un souffle de bon aloi, aux antipodes de l'autosatisfaction.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Donc, le président s'est avancé devant les caméras de
télévision et a dit ceci :

"Depuis l'époque où j'ai quitté le lycée, notre
productivité a augmenté de plus de 90%, mais les revenus d'une famille moyenne
n'ont augmenté que de moins de 8%.

Depuis que j'ai quitté le lycée, notre économie a doublé en
taille, mais cette croissance n'a en grade majorité profité qu'à une poignée de
chanceux.

Les 10% de plus riches n'obtiennent plus seulement un tiers
de nos revenus, ils en obtiennent la moitié. Les classes moyennes se trouvent
ainsi  en danger, menacées qu'elles sont
par des inégalités grandissantes et par un blocage de l'échelle sociale.

Il faut redonner à tous les chances de réussir. Les
décisions que nous prendrons en matière de budget, d'enseignement et de
logement détermineront si nos enfants pourront grandir dans un pays leur
offrant un avenir
".

Ce beau discours, on aurait bien aimé l'entendre en France.
Par exemple le soir du 31 décembre, où dans les jours qui viennent par exemple
en préambule de sa conférence de presse que le chef de l'état prépare pour
mardi prochain.

Mais faut pas rêver. Il a été prononcé il y a un mois, à
Washington par le président Barack Obama. No comment.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)