Cet article date de plus de neuf ans.

Saint Nicolas et le père Noël

écouter
A première vue, en passant par la Lorraine avec ses sabots, le président élu de l'UMP, Jean-François Copé qui tenait meeting hier après midi à Nancy n'a rien réglé du tout. D'accord, il propose aux militants de revoter mais dans deux ans en 2014. Pas besoin d'avoir fait l'ENA pour deviner que Fillon allait refuser. Lui aussi veut revoter mais dans les plus brefs délais.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Ce qui fait qu'au sortir de ce 3e weekend de crise, l'UMP est
virtuellement coupée en trois. Il y a les U comme unionistes, qui soutiennent
Copé. Les M comme mortifiés, qui approuvent Fillon et les P comme pacificateurs
qui ne veulent plus ni de l'un, ni de l'autre.

Et puis il y a les deux Nicolas. Nicolas Sarkozy, l'ex-patron de la droite républicaine, et Saint Nicolas, le saint patron de la
Lorraine que Nancy célébrait hier avec 8 jours d'avance sur le calendrier.

Saint Nicolas, c'est le bonheur des enfants sages à qui il
distribue des cadeaux et autres friandises. Mais attention, il n'opère pas
seul. Un homme vêtu de noir l'accompagne dans sa tournée. C'est le Père
Fouettard, qui comme son nom l'indique, distribue, lui, les coups de trique aux
gamins désobéissants. Enfin, selon le proverbe adéquat, la légende veut que "Saint Nicolas fasse les bons mariages et guérisse de la fièvre et de la
rage".

La fièvre est à l'UMP ou chacun dénonce son Père Fouettard.
La rage doit être chez l'autre Nicolas, l'ancien chef de l'Etat et du parti et
qui voit ses anciens collaborateurs jouer au plus malin alors qu'il leur avait
lancé un ultimatum, lequel expire demain. Mais que vaut désormais l'autorité de
Sarkozy ? Qui a perdu les cinq dernières élections, qui a désormais statut
d'avocat d'affaires, de conférencier itinérant et de membre du Conseil
Constitutionnel ce qui théoriquement devrait l'obliger à une certaine
réserve ?

Bref, après l'excursion de Monsieur Copé sur le "front de
l'est" de l'UMP, on se demande qui croit encore à la légende de Saint
Nicolas. Quand à ceux qui pensent que la guerre des droites va bientôt finir,
eux clairement, ils croient... au Père Noël.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.