Cet article date de plus de dix ans.

Redécouvrez le métro parisien

écouter
A première vue, ca va être un dimanche mémorable. Après demain 15 avril, à huit jours du premier tour, dés 8h du matin et jusqu’en fin d’après midi, le pouvoir sera dans la rue. Dans la rue de Paris. Paris agité, Paris convoité et Paris traversé dans toute sa longueur par plusieurs centaines de milliers de personnes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Ce sont les
sportifs, les 40 000 concurrents du 36ème marathon de Paris qui
s’élanceront les premiers sur le parcours Champs Elysées, centre ville, bois
de Vincennes, re-centre ville,  bois de Boulogne, avenue Foch. Et dès que les
marathoniens auront fini leur petite affaire, les politiques commenceront la
leur. Place la Concorde, à 15 heures, grand meeting de Nicolas Sarkozy ou l’UMP
espère, dit-on, 60 000 personnes. Esplanade du Château de Vincennes, à 15 heures 30,
grand meeting de François Hollande ou le PS attend, dit-on, 100 000 personnes.

Bref, après demain,
toute l’actualité sportive et politique se déroulera grosso modo sur le
parcours de la fameuse  "ligne 1" du métro parisien, la plus
fréquentée, la plus ancienne et qui relie Vincennes (ou seront les socialistes)
à la Défense, en passant par la Bastille (ou Mélenchon a relancé la mode des
meetings en plein air), et par la Concorde (ou seront les Sarkozystes).

Le bon vieux métro
parisien va donc devenir l’espace d’un dimanche le dernier salon ou l’on cause
de la présidentielle. Les militants des deux camps vont s’y croiser on l’espère
tranquillement, avec banderoles et teeshirts. Et dans le fond, il est logique
que ca se passe sur la « ligne 1 » car c’est celle qui traverse la
capitale d’Est en Ouest autrement dit de gauche à droite. Celle aussi qui
conduit à  "Champs Elysées Clémenceau", la station la plus proche du
palais présidentiel. Théoriquement, on arrive à l’Elysée beaucoup plus vite en partant
de la Concorde que du château de Vincennes, mais par les temps qui courent, il
ne faut jurer de rien.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.