A première vue, France info

La prière pour Saint-André

A première vue, le nouveau patron du rugby français, Philippe Saint-André n’est ni un poète, ni un esthète. Il est ce qu’on appelle outre-Manche un "winner", un gagneur. Quelqu’un de pragmatique pour qui seule la victoire est belle. En un mot, encore un mot anglais, un "manager".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Avec lui, on arrive à l’heure à l’entraînement. On ne rigole
pas avec l’hygiène de vie. On a même un plan de jeu qu’on accepte et qu’on applique. Bref, le "manager winner" devenu coach des Bleus
devrait resserrer les boulons dans lequel son prédécesseur Lièvremont avait
laissé du jeu. C’est d’ailleurs le seul jeu qu’il avait vraiment installé.  

Or donc, dans son premier groupe de 30 joueurs pour le
tournoi des VI nations, Saint-André appelle trois novices : Debaty, Maestri et
Fofana ; rappelle cinq redoublants : Beauxis, Poitrenaud, Nyanga, Malzieu et
David ; et laisse sur la touche deux poids lourds : Nallet et Bastareaud.

De ce groupe sans surprise à forte ossature toulousaine, on
espère un miracle. Pas forcément le retour du "french flair", porté
disparu depuis des lustres. Mais plutôt l’apparition d’une rigueur
professionnelle et d’un souci du détail technique qui faisaient déjà défaut
sous Laporte.

Alors, prions ensemble avec Saint-André.

Saint-André qui êtes aux cieux de l’ovalie, faites que
l’autorité soit rétablie dans le vestiaire. Faites que les centres jouent au
centre, les ailiers à l’aile et les demis de mêlée à la mêlée. Faites que le XV
de France sache accomplir deux choses à la fois : défendre et attaquer.
Faites que remporter trois matchs de suite ne relève plus de l’exploit. Faites
que la communication avec la presse ne soit plus infantile. En un mot, faites votre
job et que votre règne arrive. Ainsi soit-il.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)