À livre ouvert, France info

L'opération "Mort miraculeuse" contre les "anormaux"

Cette semaine retrouvons les choix littéraires de Gérard Collard de la librairie "La Griffe Noire" à Clamart et d'Olivier Augier de la librairie "Arts et livres" à Grasse, à l'occasion du rendez-vous littéraire avec France Info jusqu'à demain soir, dans les Alpes Maritimes, qui a pour thème : "Où vont nos rêves ?" Un festival prisé chaque année par plus de 50.000 personnes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Albin Michel - Flammarion)

 

La décision d’assassiner selon des critères spécifiques les enfants handicapés physiques et mentaux fut prise à l’été 1939, à la chancellerie de Hitler. Trois mois après, le Führer signait une autorisation pour protéger les médecins et le personnel médical associés au Programme d’euthanasie, plus connu sous le nom de code AktionT4, en référence à son adresse berlinoise.

Plus tard, sur une idée de Heydrich, s’y ajouteront les délinquants placés en institution, les inaptes au travail, les personnes âgées… Dans la foulée, des installations de gazage seront mises en place, les premières du genre, en complément des injections létales. Des objectifs chiffrés étaient fixés, de l’ordre du millième de la population. À ce jour, on a dénombré 200 000 victimes. Mais tous les dossiers n’ont pas encore été ouverts…

Götz Aly revient ici sur cette page dramatique de l’histoire allemande. L’historien raconte son enquête dans un récit bouleversant où il redonne vie aux victimes, sans jamais perdre son fil : montrer la lente mise en place au sein d’une société avancée d’un eugénisme ordinaire. Les esprits les plus éclairés l’y avaient préparé.

Au-delà des instigateurs directs de ce programme monstrueux – nombre de médecins continuèrent d’exercer dans l’après-guerre et les recherches de Götz Aly furent plusieurs fois entravées –, l’effacement des valeurs morales, l’absence de toute compassion, la peur sans nul doute, auront encouragé les autorités à poursuivre leurs plans, qui menèrent un jour à la Solution finale.

(© Albin Michel - Flammarion)