A livre ouvert, France info

Charlie Hebdo n'est pas mort !

Dans la chronique d'aujourd'hui, Valérie Expert et Gérard Collard rendent hommage aux livres, aux dessins, à l'esprit de Charlie Hebdo, plus vivant que jamais...

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© RF)

Comment évoquer ces auteurs, ces dessinateurs, ces gens si généreux, gentils, talentueux et toujours modestes ? En relisant leurs livres nous conseille Gérard Collard. "Ils faisaient leur boulot sérieusement mais ne se prenaient jamais au sérieux, une sacrée leçon pour nous tous !"

Les Fatwas de Charb, Petit traité d intolérance. Éd. Les échappés 

 Si vous détestez les places de théâtre microscopiques, les sacs siglés chers et moches, les autocollants " bébé à bord ", les patrons de café qui renâclent à servir une carafe d'eau, les gens qui emploient l'expression "au jour d'aujourd'hui", les surfeurs, les dictons, les arbitres de foot, ces nouvelles Fatwas de Charb vous offriront une savoureuse revanche. Un hymne hilarant à l'intolérance des gens et de la société.  

(© Les Arènes)

Pour Cabu, le dessinateur préféré des Français, New York est un pays de cocagne pour un caricaturiste. C'est plein de caricatures ici : les gratte-ciels, les gros, les flics, les traders, les évangélistes, les sportifs...  

 Georges Wolinski constitue l'un des piliers de la bande Hara-Kiri, puis de Charlie Hebdo. Dès les années 70, le journal s'impose comme l'un des plus originaux de la presse française. Engagé en faveur de l'avortement et contre la peine de mort, il fut en outre l'un des premiers à prôner l'écologie, à dénoncer le nucléaire, à refuser toute concession à la publicité. Charlie Hebdo ne s'est pas contenté de commenter l'actualité, il l'a faite ! Et Wolinski avec lui. Chaque semaine, la recherche du dessin de "une" constituait un rituel immuable : les débats pouvaient durer des heures. Avec comme principe l'unanimité. Les dessinateurs multipliaient les propositions jusqu'à ce que l'une d'elles tombe sous le sens. "Les échappés" non publiés, Wolinski les a précieusement conservés. Rassemblés en un volume, ces inédits nous dévoilent un dessinateur qui s'affirme au fil des ans. A travers presque 800 dessins, il nous fait parcourir les années 70 (Pompidou, Giscard d'Estaing au pouvoir, l'armée, Franco, le droit de votre à 18 ans, la guerre du Vietnam...), ou nous régale de dessins qui n'ont pas pris une ride (la fête des Mères, l'évasion fiscale, le racisme, la canicule...).

(© 12Bis)

 

 5 ans sous Sarkozy compile une série de dessins originaux et d'illustrations publiés dans Marianne , entre autres, à propos de l'ancien président de la République française. Découvrez le bilan du "règne" de Sarkozy à travers le prisme affuté et caustique de Tignous, déjà aux commandes de Le Fric, c'est capital

 En matière de petites phrases, il y a les maîtres (Jean-Pierre Raffarin), les cancres (Frédéric Lefebvre), les benêts (Rama Yade), les enfumeurs (Christine Lagarde)... L'actualité politique et médiatique se réduit souvent à ces traits d'esprit plus ou moins volontaires qu'Honoré, dessinateur à Charlie Hebdo, a minutieusement collectés depuis le début du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Des petites phrases, degré zéro de la pensée, en français approximatif, creuses ou vulgaires, à l'image de la vie politique des années Sarkozy : Je hais les petites phrases dresse une galerie de portraits pris sur le vif des meilleurs paroliers du quinquennat, où le dessin révèle les sous-entendus les plus inavouables.  

(© Flammarion)

Houellebecq économiste  de Bernard Maris aux éd. Flammarion

Servitude, frustration, angoisse sous l'impitoyable « loi de l'offre et de la demande » ou celle de la « destruction créatrice » ; souffrance dans les eaux glacées du calcul égoïste et l'extension du domaine de la lutte qui conduira à la disparition de l'espèce ? Tel est l'univers des héros houellebecquiens. Comme Balzac fut celui de la bourgeoisie conquérante et du capitalisme triomphant, Michel Houellebecq est le grand romancier de la main de fer du marché et du capitalisme à l'agonie. Dans ce surprenant essai littéraire, l'économiste Bernard Maris, disparu mercredi dans l'attentat contre Charlie Hebdo, nous invite à lire Houellebecq à travers le prisme des grands auteurs (Malthus, Schumpeter, Keynes, Marx). Vous aimiez l'écrivain ? Il vous paraîtra encore plus grand sous ses habits d'économiste. Vous le détestiez ? Son respect du travail, des femmes, du lien amoureux, et son mépris pour le libéralisme et l'économie vous le feront aimer.

(© RF)