Cet article date de plus de sept ans.

Angot, Binet, Libératti : "ennui et inutilité"

écouter (10min)
589 romans vont sortir en cette rentrée littéraire. Parmi tous ces livres, seule une dizaine va avoir les honneurs des médias. Et pour Valérie Expert et pour notre libraire Gérard Collard, des heures d'ennui garanties.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Ceux-là, vous pouvez les acheter © RF)

Angot, Binet, Liberati ou Delphine de Vigan ont les honneurs des médias en cette rentrée littéraire. Pourtant, pour Gérard Collard et Valérie Expert, malgré le tintamarre médiatique, la plupart de ces auteurs déçoivent et ne tiennent pas leur promesse de vous emmener loin, de vous raconter une belle histoire, de servir une jolie écriture.

Les livres retenus par nos chroniqueurs

Place Colette de Nathalie Rheims . Ed Leo Scheer

Après Laissez les cendres s'envoler, Nathalie Rheims explore une partie inédite de sa vie : son premier amour, à l'adolescence, et ses débuts de comédienne au théâtre.

À l'âge de 9 ans, la narratrice de Place Colette est victime d'une erreur de diagnostic qui la cloue sur un lit d'hôpital, le corps prisonnier d'une coquille de plâtre. Au terme de trois années de calvaire, un professeur finit par découvrir la véritable maladie ; il l'opère et la sauve.

La jeune fille a passé ce temps immobile à découvrir la littérature et les textes classiques. Elle voue une passion sans limite au théâtre. Revenue à la vie, elle tourne autour de la Comédie-Française et de la place Colette. Le jour de ses 13 ans, elle entre dans la loge d'un comédien dont elle est tombée amoureuse. Bien qu'il ait trente ans de plus qu'elle, elle lui propose de devenir son cadeau d'anniversaire.

Ce roman, qui aurait pu s'intituler Détournement de majeur, est l'histoire d'une double initiation, à l'amour charnel et à la passion du théâtre. Écrit à la première personne, il est pourtant aux antipodes de ce que l'on qualifie d'autofiction : le mensonge enveloppé dans une rhétorique de vérité. C'est un «roman-vrai», où l'auteur se cherche et finit par faire tomber le masque.

D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan chez JC Lattès

"Ce livre est le récit de ma rencontre avec L.

L. est le cauchemar de tout écrivain.Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais rencontrer." 

Dans ce roman, Delphine de Vigan raconte l’histoire d’une amitié. Séduction, dépression et trahison sont les trois temps de ce récit qui entraîne le lecteur dans les coulisses de la création, là où le doute, les apparences et les faux-semblants tendent un piège redoutable. Qui est le maître du jeu ?

"Tu sais parfois, je me demande s’il n’y a pas quelqu’un qui prend possession de toi."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.