L'invité de 8h30, France info

Présidentielle 2017 : Face au début de fronde, François Fillon pourrait "enrichir ou compléter" son projet, selon Bruno Retailleau

Bruno Retailleau, sénateur LR, président des Pays de la Loire et coordinateur de la campagne de François Fillon pour la présidentielle, invité de franceinfo samedi.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Bruno Retailleau, sénateur LR, président des Pays de la Loire et coordinateur de la campagne de François Fillon pour la présidentielle, invité de franceinfo samedi 14 janvier.
Bruno Retailleau, sénateur LR, président des Pays de la Loire et coordinateur de la campagne de François Fillon pour la présidentielle, invité de franceinfo samedi 14 janvier. (RADIO FRANCE)

Invité de franceinfo samedi 14 janvier, le sénateur LR Bruno Retailleau, coordinateur de la campagne de François Fillon, a répondu à ceux qui estiment que le projet du candidat de la droite à la présidentielle ne s'adresse pas suffisamment aux catégories "modestes".

"Il n'y a jamais eu autant de pauvres qu'aujourd'hui. La casse sociale c'est aujourd'hui [...] Ce que veut faire François Fillon, c'est redresser la France, c'est donner un travail à chacun, donner sa chance à chacun", affirme Bruno Retailleau. Comment ? En "supprimant" par exemple "un certain nombre de cotisations sociales pour faire en sorte que le salaire net sur la feuille de paie se rapproche du salaire brut", explique-t-il. Sur la CSG en revanche, François Fillon "ne bougera pas".

François Fillon "a dans son projet actuel un certain nombre de propositions qu'il explicitera dans son discours le 29 janvier", annonce Bruno Retailleau. "Des choses que nous avions déjà travaillées, qu'il va pouvoir peut-être enrichir ou compléter, mais dont les racines sont déjà dans son projet", précise-t-il.

"On n'a pas été clair sur la Sécu, c'est clair", a reconnu Bruno Retailleau après le mea culpa de François Fillon lui-même sur ce point. Mais là aussi, il y aura bientôt des propositions précises, promet le coordinateur de campagne du candidat de la droite à la présidentielle. L'objectif, résume Bruno Retailleau, c'est que "les Français aient l'assurance d'être remboursé quel que soit leur niveau de revenu".

Le débat de la primaire de gauche "terriblement ennuyeux"

Interrogé sur le premier débat télévisé de la primaire du Parti socialiste et de ses alliés, Bruno Retailleau explique qu'il l'a trouvé "terriblement ennuyeux, tellement terne". En tout cas, selon lui, "les candidats étaient d'accord pour trouver désastreux le bilan du quinquennat de François Hollande". Pour le reste, "on a une certitude, la gauche sera éclatée en trois parties entre Macron, Mélenchon et le candidat issu de la primaire", a-t-il commenté.

Emmanuel Macron plombé par un "double héritage Hollande" 

Interrogé sur le candidat En marche! à la présidentielle, Bruno Retailleau a répondu que "c'était un problème pour la gauche. Cela permet de fragmenter la gauche. Cela ne nous fait pas du tout paniquer. En plus, il est l'héritier doublement de François Hollande. Il l'est parce qu'il est l'inspirateur de la politique économique qui a conduit au désastre et il est en même temps dans des attitudes, le flou", estime Bruno Retailleau.

Visionnez l'intégralité du 8h30 politique du samedi 14 janvier, avec Bruno Retailleau


Présidentielle 2017 : François Fillon pourrait... par franceinfo

Bruno Retailleau, sénateur LR, président des Pays de la Loire et coordinateur de la campagne de François Fillon pour la présidentielle, invité de franceinfo samedi 14 janvier.
Bruno Retailleau, sénateur LR, président des Pays de la Loire et coordinateur de la campagne de François Fillon pour la présidentielle, invité de franceinfo samedi 14 janvier. (RADIO FRANCE)