8h30 franceinfo, France info

Voitures électriques, éoliennes, présidentielle, retraites... Le "8h30 franceinfo" de Nicolas Hulot et Laurent Berger

L'ancien ministre de la Transition écologique et le secrétaire général de la CFDT étaient les invités du "8h30 franceinfo", mercredi 30 juin 2021.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Nicolas Hulot, ancien ministre de la Transition écologique et Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT étaient les invités du \"8h30 franceinfo\", mercredi 30 juin 2021.
Nicolas Hulot, ancien ministre de la Transition écologique et Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT étaient les invités du "8h30 franceinfo", mercredi 30 juin 2021. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Nicolas Hulot, ancien ministre de la Transition écologique, président d'honneur de la Fondation Nicolas Hulot et Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, étaient les invités du "8h30 franceinfo", mercredi 30 juin 2021. Voitures électriques, éoliennes, présidentielle, retraites... Ils répondent aux questions de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia.

Il faut "accélérer le passage aux véhicules électriques sans oublier les travailleurs"

Nicolas Hulot et Laurent Berger signent un rapport sur l'industrie automobile qui propose que toutes les voitures produites en France soient électriques en 2035. Il faut "accélérer le passage aux véhicules électriques sans oublier les travailleurs", estime le patron de la CFDT.  D'après lui, "l'accélération de la transition écologique dans le domaine de la motorisation du secteur automobile, c'est bénéfique sur l'emploi pour ne pas avoir les 100 000 emplois de perte du scénario actuel"

"Les véhicules électriques, c'est le sens de l'histoire", renchérit Nicolas Hulot. Le développement de l'électrique "est un impératif si la France veut tenir ses engagements climatiques, mais c'est aussi un impératif si on veut éviter que le secteur de l'industrie automobile s'effondre et continue le déclin qui a été largement amorcé".

Climat : les éoliennes, "c'est le sens de l'histoire"

Alors que le débat sur les éoliennes s’est invité lors des élections régionales, Nicolas Hulot assure que ce n’est pas "le modèle parfait", mais "c'est le sens de l'histoire". L'ancien ministre de la Transition écologique plaide pour "un mix énergétique", parce qu'aujourd'hui "il y a une maturité dans les énergies renouvelables". Nicolas Hulot reconnaît "des impacts" : "Je n'ai pas forcément envie, dans certains paysages, d'avoir l'horizon entravé. Mais à terme, compte tenu des menaces qui pèsent à cause des risques climatiques, il faut aller à fond" dans les énergies renouvelables.

D'autant que selon lui, on ne maîtrise plus le nucléaire, "tant sur un plan économique que sur un plan technologique. Regardez Fukushima ou Tchernobyl. Est-ce qu'on a contenu le problème ? On ne l'a pas contenu. Qu'est-ce qu'on fait de nos déchets ? Personne n'en veut."

Présidentielle : l'écologie doit être "le centre de gravité du débat public"

Nicolas Hulot exclut de participer à la primaire des écologistes organisée en septembre, comme il l'avait fait en 2012. "Moi, maintenant j'interviens dans le débat public de manière collective, notamment avec le collectif du pacte de pouvoir de vivre, en alliant les enjeux sociaux et les enjeux écologiques et en étant dans la proposition", explique l'ancien ministre de la Transition écologique d'Emmanuel Macron, lorsqu'il est interrogé sur la présidentielle.

D'après lui, "la campagne présidentielle peut être une fantastique occasion de partager une vision et de hiérarchiser les priorités, j'espère que l'écologie soit le centre de gravité du débat public". Nicolas Hulot se dit toutefois "atterré" quand il voit "la disproportion entre ce qui a fuité du rapport Giec sur ce qui va se passer dans les 30 prochaines années et la réaction de la classe politique". "Chacun devrait prendre acte de cela et dire 'maintenant c'est la priorité'", juge-t-il.

Retraites : relever l’âge légal "c’est totalement dingue et explosif"

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a plaidé mardi 29 juin pour un report de l'âge légal de départ à la retraite. "La CFDT est opposée à un relèvement simple et brutal de l’âge de départ à la retraite et le faire cet automne, c’est politiquement totalement dingue et socialement ce serait explosif", réagit Laurent Berger. 

Le secrétaire général de la CFDT considère qu'"il y a un point de départ assez injuste, c’est qu’on fait croire que les choses seraient statiques aujourd’hui. Or, la durée de cotisation continue d’augmenter et les gens continuent de partir de plus en plus tard parce qu’il y a la loi Touraine, avec l’augmentation de la durée de cotisation".

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mercredi 29 juin 2021 :

Nicolas Hulot, ancien ministre de la Transition écologique et Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT étaient les invités du \"8h30 franceinfo\", mercredi 30 juin 2021.
Nicolas Hulot, ancien ministre de la Transition écologique et Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT étaient les invités du "8h30 franceinfo", mercredi 30 juin 2021. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)