SMIC à 1600 euros, impôts, second tour des élections législatives... Le “8h30 franceinfo” de Manuel Bompard, jeudi 27 juin 2024

Manuel Bompard, coordinateur national de la France Insoumise, député sortant des Bouches-du-Rhône, était l’invité du “8h30 franceinfo”, jeudi 27 juin 2024
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 47 min
Manuel Bompard était l’invité du “8h30 franceinfo”, jeudi 27 juin 2024 (FRANCEINFO/RADIOFRANCE)

Manuel Bompard, coordinateur national de la France Insoumise, député sortant des Bouches-du-Rhône, était l’invité du “8h30 franceinfo”, jeudi 27 juin 2024. Retraite, Smic, impôts... Il répondait aux questions de Jérôme Chapuis et de Salhia Brakhlia.

Législatives : Marine Le Pen s’attend à "des manifestations de l’extrême gauche" en cas de majorité RN

Pour Manuel Bompard, "L'extrême droite essaie depuis le début de cette campagne, si vous voulez, à faire porter la responsabilité ou la crainte d'éventuels débordements ou de remise en cause de la démocratie sur d'autres qu'elle même. Alors que s'il y a bien quelqu'un qui menace l'État démocratique du pays aujourd'hui, c'est le rassemblement national ".

Le coordinateur national de la France Insoumise rajoute que "la formation politique que je représente et les formations politiques que je représente en quelque sorte, je parle aussi au nom du nouveau Front populaire, ont toujours été attachés à la démocratie, ont toujours respecté la démocratie et essaient de remporter les élections dans le cadre démocratique." 

"Je suis un partisan de ce qu'on appelle la révolution citoyenne. Et dans la révolution citoyenne, il y a le mot citoyen, C'est-à-dire que ça passe par les élections, ça passe par les voies démocratiques", précise le député sortant des Bouches-du-Rhône.

Législatives : "Rien dans notre programme n'est un programme politique d'extrême gauche", selon l'Insoumis Manuel Bompard

"Quand Marine Le Pen ne cesse de dire extrême gauche, extrême gauche, extrême gauche, rien dans notre programme politique n'est un programme politique d'extrême gauche", réagit Manuel Bompard, coordinateur national de La France insoumise, député sortant des Bouches-du-Rhône

"Nous avons toujours respecté le verdict des urnes", rappelle-t-il, en réponse aux propos de Marine Le Pen qui craint des manifestations d’"extrême gauche" en cas de victoire du RN aux législatives. "Marine Le Pen est très mal placée pour donner ce type de leçon", balaye-t-il. 

Quant aux propos d'Emmanuel Macron, qui a renvoyé dos à dos les "deux extrêmes", affirmant que les programmes du RN comme celui du Nouveau Front populaire mèneraient "à la guerre civile", le coordinateur LFI les "trouve ignobles". "Les formations politiques de gauche" se battent "pour l'unité du pays", alors que "le RN trouve son inspiration dans la haine de l'autre", soutient Manuel Bompard. Selon lui, le programme de la coalition de gauche n'est pas d'extrême gauche. "Cette question, elle a été tranchée par le Conseil d'État", rappelle le député candidat à sa réélection. La plus haute juridiction administrative avait validé en mars le rattachement du Rassemblement national à l'extrême droite dans la classification des candidatures aux élections sénatoriales de septembre 2023. La France insoumise (LFI), comme le Parti communiste français (PCF) sont eux, classés dans le bloc "gauche", ce que contestait le parti de Jordan Bardella.

 Le nouveau Front populaire propose une augmentation du SMIC à 1 600 euros

Manuel Bompard confirme la mise en place d'"une caisse de péréquation" permettant de mutualiser la contribution sociale entre grandes et petites entreprises" alors que le Nouveau Front populaire souhaite augmenter le SMIC s'il accède au pouvoir au lendemain des législatives.

Dans son programme commun, la gauche souhaite redonner du pouvoir d'achat aux Français en augmentant notamment le SMIC à 1 600 euros et en haussant le point d'indice des fonctionnaires. Les partis d'opposition à la gauche et les représentants des TPE et PME alertent sur une mesure, selon eux, destructrice d'emploi. "Si vous augmentez le SMIC et vous augmentez les bas salaires, c'est de l'argent qui est réinjecté immédiatement dans la consommation populaire", répond Manuel Bompard. Selon lui, les petites entreprises "vont être les premières à bénéficier de l'augmentation du SMIC parce que ça va remplir leurs carnets de commandes", assure-t-il.

Manuel Bompard assure que les "grandes entreprises n'auront aucune difficulté à augmenter le SMIC". Mais pour soutenir les PME et TPE dans cette démarche, le Nouveau Front populaire souhaite "mettre en place une caisse de péréquation" pour "faire payer davantage les grandes entreprises" en termes de cotisations "parce qu'elles en ont les moyens et moins les petites et moyennes entreprises",explique-t-il

La France insoumise avait déjà tenté de proposer l'augmentation du SMIC à 1 600 euros et la mise en place d'une caisse de péréquation dans une proposition de texte dans le cadre de sa journée d'initiative parlementaire en novembre 2022. Le texte a été rejeté par la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale.

Mort de Nahel, un an après

Pour Manuel Bompard "rien n'a été fait depuis ce drame pour faire en sorte que d'autres drames de même nature ne puissent pas se reproduire demain".

Revoir l'émission en intégralité :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.