Cet article date de plus d'un an.

Retraites, dispositif "en première ligne", bénévolat, associations, contrat d'engagement républicain... Ce qu'il faut retenir de l'interview de Marlène Schiappa

La secrétaire d'État chargée de la Vie associative était l'invitée du "8h30 franceinfo", samedi 28 janvier 2023.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 17 min
Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de la Vie associative était l'invitée du "8h30 franceinfo", samedi 28 janvier 2023. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Marlène Schiappa, secrétaire d'État auprès de la Première ministre, chargée de l'Économie sociale et solidaire et de la Vie associative, était l'invitée du "8h30 franceinfo", samedi 28 janvier 2023. Retraites, dispositif "en première ligne", bénévolat, associations, contrat d'engagement républicain... Elle répond aux questions de Lorrain Sénéchal et Neïla Latrous. 

Réforme des retraites : "Elle est bénéfique à la situation des femmes"

"Quand on regarde la réalité de l’avant et après de cette réforme des retraites, elle est bénéfique à la situation des femmes", assure Marlène Schiappa alors qu'une étude d'impact de la réforme des retraites, réalisée par les services de l'État, montre que les femmes seraient pénalisées par le projet du gouvernement.

Selon elle, les inégalités hommes-femmes ne datent pas d'aujourd'hui. "Nous tâchons point par point de corriger ces inégalités", poursuit-elle. Cette réforme tente d'"apporter des réponses, notamment aux femmes les plus fragiles ou aux femmes les plus précaires", estime-t-elle. Marlène Schiappa a appelé les syndicats et les partenaires sociaux "à se saisir davantage" de la question "de l'égalité salariale entre les femmes et les hommes".

Dispositif "En première ligne" : "25 000" travailleurs étrangers naturalisés

 "25 000" travailleurs étrangers ont été naturalisés ces deux dernières années, en bénéficiant du dispositif spécifique "En première ligne" lors de la crise sanitaire, annonce la secrétaire d'État. "Ils ont tenu le pays à bout de bras. Ils et elles ont fait un pas vers la République. J'en suis très fière pour eux", déclare-t-elle.

Le bénévolat : les seniors "ne sont pas revenus" après le Covid-19

Les seniors à la santé fragile "ne sont pas revenus" dans les associations après la crise du Covid-19, indique Marlène Schiappa . Le profil du bénévole est aujourd'hui plus jeune : ce sont de "jeunes générations qui veulent s'engager différemment" en faisant du bénévolat "au coup par coup", explique-t-elle. Marlène Schiappa s'est réjouie du lien "extrêmement fort" entre "les Français et les associations". Il y a "un renouvellement du bénévolat et les associations réussissent à attirer", indique-t-elle.

Il y a "entre 17 millions et 20 millions" de "bénévoles engagés, soit pour organiser des événements, des temps conviviaux, mais aussi pour des actions de solidarité, des maraudes, de la redistribution, de l'accueil de femmes victimes de violences conjugales", détaille-t-elle.

Moins de "paperasse" et un "guichet unique" pour les associations

Marlène Schiappa promet de libérer les associations de la paperasse "avant avril" en lançant un chantier de la simplification. Les bénévoles "ont envie de s'engager pour défendre de grandes causes ou pas pour s'asseoir 4 h pour remplir des Cerfa, de formulaires et des photocopies", explique-t-elle.

La secrétaire d'État lance les Assises de la simplification associative. Une grande consultation a permis de récolter "15 000 réponses" du monde associatif qui pointe "l'inflation normative" et la "paperasse en trop". Marlène Schiappa n'exclut pas de passer par la loi. Par ailleurs, Marlène Schiappa propose la mise en place d'un "guichet unique" pour "ne plus perdre de temps à remplir" de nombreux formulaires.

Contrat d'engagement républicain : "J'y suis très attachée"

Marlène Schiappa s'est dite "très attachée" au contrat d'engagement républicain qui oblige certaines associations qui touchent des subventions à s'engager à respecter les principes de la République. Le Mouvement associatif qui regroupe la moitié des associations françaises demande que soit retirée cette disposition de la loi séparatisme, estimant qu'elle est utilisée contre des associations qui n'ont rien à voir avec le séparatisme. "Ça permet de faire en sorte qu'on ne finance pas des organisations qui soutiennent le séparatisme ou le terrorisme", répond la secrétaire d'État.

Elle admet qu'il y a "des excès de zèle" d'"agents dans les préfectures qui ont envie de bien faire" ou de "collectivités" qui "veulent aller trop loin et réinterpréter la loi". Marlène Schiappa annonce la publication d'un guide pour les préfectures et pour les élus "pour rappeler ce qu'est ce contrat d'engagement républicain et ce qu'il n'est pas". Selon elle, "Il ne doit pas être instrumentalisé politiquement pour mettre de côté des associations".

--------------------

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du samedi 28 janvier 2023 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.