Réformes : "La situation est inflammable socialement", alerte le politologue Jérôme Fourquet

écouter (17min)

Le directeur du département "Opinion et stratégies d'entreprise" de l'Ifop était l'invité du "8h30 franceinfo", samedi 17 septembre 2022.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jérôme Fourquet, directeur du département "Opinion et stratégies d'entreprise" de l'Ifop, était l'invité du "8h30 franceinfo" samedi 17 septembre 2022. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Jérôme Fourquet, directeur du département "Opinion et stratégies d'entreprise" de l'Ifop était l'invité du "8h30 franceinfo", samedi 17 septembre 2022. Moral des Français, sobriété, réformes... Il répond aux questions de Lorrain Sénéchal et Neila Latrous.

Le fort pessimisme des Français

Le politologue Jérôme Fourquet juge "la situation inflammable socialement". Co-auteur de La France sous nos yeux (Editions du Seuil), il observe un fort pessimisme chez les Français, "le plus élevé" depuis 25 ans, conséquence de l’inflation et de la crise énergétique.

"Les Français sont un peu dans l'expectative. Beaucoup d'entre eux ont pu partir en vacances et ces vacances ont été un peu une parenthèse enchantée, après les épreuves du Covid-19 et alors que beaucoup de nos concitoyens avaient en tête les nuages qui s'amoncelaient à l'horizon pour les prochains mois", explique Jérôme Fourquet.

"Sur une période de plus de 25 ans, on est sur le taux le plus élevé de pessimisme."

Jérôme Fourquet

à franceinfo

"On est à plus de 75% de la population qui se déclaraient, au moment de la rentrée, assez pessimistes quant aux prochains mois, en raison du pouvoir d'achat. Et on a aussi une part significative de la population qui est très sensibilisée aux questions climatiques", ajoute le directeur du département "Opinion et stratégies d'entreprise" de l'Ifop.

Hiérarchiser les réformes

Questionné sur les multiples réformes annoncées par l'exécutif, sur les retraites, l'assurance chômage, la fin de vie, l'immigration, Jérôme Fourquet estime qu'il "faudrait hiérarchiser ces actions et ces prises de parole" pour éviter une "dispersion". La question qui se pose est celle du "cap pour ce quinquennat très particulier, où le président ne dispose pas d'une majorité à l'Assemblée", explique le politologue.

Regarder le "8h30 franceinfo" du samedi 17 septembre en intégralité : 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.