8h30 Fauvelle-Dély, France info

Prélèvement à la source : "un micmac invraisemblable" qui "ne traite pas des vrais sujets", selon Guillaume Larrivé

Le secrétaire général délégué des Républicains, a plaidé en faveur d'une réforme qui diminue les dépenses publiques, comme le passage des fonctionnaires "aux 39 heures". 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Guillaume Larrivé, secrétaire général délégué des Républicains, député de l\'Yonne, invité de franceinfo le 11 septembre 2018.
Guillaume Larrivé, secrétaire général délégué des Républicains, député de l'Yonne, invité de franceinfo le 11 septembre 2018. (RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Le prélèvement à la source "est un micmac invraisemblable", a déploré mardi 11 septembre sur franceinfo Guillaume Larrivé, secrétaire général délégué du parti Les Républicains (LR). "Surtout, c'est une réforme technique qui ne traite ni des vrais sujets qui sont le montant et la nature des impôts, ni des vrais sujets qui sont le montant et la nature des dépenses publiques", a-t-il ajouté.

Guillaume Larrivé a ainsi évoqué "une piste intéressante", selon lui, pour permettre à l'État de réaliser des économies. "J'aimerais qu'on réfléchisse à l'idée d'un nouveau contrat de progrès avec les fonctionnaires, en leur disant : il faut peut-être travailler un peu plus, aller jusqu'à 39 heures, et en échange, on vous augmente un certain nombre de rémunérations et ça libère des postes", a-t-il développé.  "Si on passait aux 39 heures dans la fonction publique, on libérerait l’équivalent de 400 000 postes, cela représente sur un quinquennat 10 milliards d’euros", a affirmé Guillaume Larrivé.

Le député LR de l'Yonne n'a pas voulu s'étendre sur l'affaire Benalla, alors que la commission d'enquête du Sénat va reprendre ses auditions et entendre notamment le 19 septembre le principal intéressé. Guillaume Larrivé souhaite plutôt que l'on "se concentre sur les grands sujets de la vie quotidienne des Français, les sujets qui engagent l'avenir de la nation"

"J'ai dit l'essentiel de ce que j'avais à dire sur l'affaire Benalla au mois de juillet. On ne va pas y passer le réveillon. C'est une affaire importante. C'est le symptôme du dysfonctionnement de l'État Macron", a-t-il déclaré.

À propos de l'investiture obtenue par Richard Ferrand pour décrocher le perchoir de l'Assemblée nationale, Guillaume Larrivé a estimé que le patron des députés La République en marche (LREM) était "récompensé pour sa totale soumission au président Emmanuel Macron"

Par ailleurs, interrogé sur la cote de popularité en baisse du chef de l'État, le  secrétaire général délégué des Républicains, a affirmé qu'il n'y avait "pas de résultats de la politique d'Emmanuel Macron" et que les Français voient notamment "que le chaos migratoire n'est pas maitrisé".

Regardez l'intégralité de l'entretien de Guillaume Larrivé sur franceinfo le 11 septembre 2018.

Guillaume Larrivé, secrétaire général délégué des Républicains, député de l\'Yonne, invité de franceinfo le 11 septembre 2018.
Guillaume Larrivé, secrétaire général délégué des Républicains, député de l'Yonne, invité de franceinfo le 11 septembre 2018. (RADIO FRANCE / FRANCE INFO)