Plan anti-tabac, pénurie de personnel à l'hôpital, maladies respiratoires en Chine... Le "8h30 franceinfo" d'Aurélien Rousseau

Le ministre de la Santé et de la Prévention était l'invité du "8h30 franceinfo", mercredi 29 novembre.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 24 min
Le ministre de la Santé et de la Prévention, Aurélien Rousseau, sur franceinfo le 29 novembre 2023. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Aurélien Rousseau, ministre de la Santé et de la Prévention, était l'invité du "8h30 franceinfo", mercredi 29 novembre. Plan gouvernemental anti-tabac, pénurie de personnel à l'hôpital, maladies respiratoires en Chine... Il répondait à Jérôme Chapuis et Salhia Brakhlia.

Hausse du prix du tabac : "on ne peut pas laisser 200 personnes par jour mourir"

Pour le ministre, le gouvernement "doit réagir" face au nombre de morts liés au tabac. Le prix du paquet de cigarettes passera à 12 euros en 2025, puis 13 euros courant 2026. C'est "une mesure de santé publique", insiste-t-il. Mais, "cela ne peut pas marcher si c’est que punitif", il faut donc miser sur un "plan d’accompagnement", estime Aurélien Rousseau.

Espaces sans tabac : "Le but, c'est d'abord le civisme"

Autre mesure du plan présenté par le gouvernement, le nombre d'espaces sans tabac sera étendu aux plages, parcs et aux abords de lieux publics. Aurélien Rousseau, ministre de la Santé, appelle sur franceinfo "au bon sens" et au "civisme".

"Il n'y a qu'en France, qu'on fume à côté des écoles"

Aurélien Rousseau

à franceinfo

L'objectif est de protéger "les plus fragiles", avec "un système contraventionnel", précise Aurélien Rousseau, avant de préciser que le but, "c'est d'abord le civisme"

Le ministre de la Santé assure également travailler sur "un plan" sur l'alcool, mais "la première cause de mortalité reste le tabac", déclare Aurélien Rousseau. "On y travaille", notamment sur "l'alcoolisation fœtale"

Franchises médicales : le ministre "prêt à porter cette mesure"

Interrogé sur le doublement des franchises médicales, le ministre de la Santé indique qu'à ce stade,"il n'y a pas de décision". Les franchises médicales sont un reste à charge que paient tous les assurés sur chaque boîte de médicaments ou acte paramédical (kiné, soins infirmiers...). "Dès que j'ai été nommé" ministre de la Santé, en juillet 2023, "je l'ai annoncé comme une mesure possible", souligne Aurélien Rousseau.

Le ministre de la Santé "est prêt" à défendre cette mesure "parce que ces ressources serviront à financer des améliorations à l'hôpital", assure-t-il. "C'est quelque chose qui servira au système de santé, pas à d'autres mesures pour l'État, par exemple." Toutefois, Aurélien Rousseau "prend l'engagement de revenir devant" les deux chambres du Parlement, "le jour où une décision sera" prise.

Maladies respiratoires en Chine : une bactérie qu'on "connaît bien"

En Chine, les cas de maladies respiratoires ne cessent d'apparaître au point de susciter l'inquiétude de l'Organisation mondiale de la Santé. Aurélien Rousseau, se veut rassurant : "On a six mois de stocks" d'antibiotiques pour traiter d'éventuels malades en France. Le ministre précise être en contact "tous les jours" avec l'OMS pour faire le point.

Selon Aurélien Rousseau, "de ce qu'il ressort aujourd'hui, avec forcément des incertitudes, c'est qu'ils connaissent un rebond du nombre de pneumopathies qui sont liés à une bactérie qui s'appelle le Mycoplasma". Et contrairement au Covid-19, il y a quatre ans, "cette bactérie, on la connaît bien. (...) ce n'est pas un virus." 

"Mon seul combat", à l'hôpital, "c'est de recruter et de fidéliser"

"D’ici la fin de l’année, on va rouvrir 3 000-4 000 lits", affirme Aurélien Rousseau. "Mon seul combat, c’est de recruter et de fidéliser" pour tenter de combler la pénurie de personnel à l'hôpital, ajoute-t-il.

Selon lui, "il y avait un sujet de salaire", qui est aujourd'hui "en partie comblé" par les annonces de la Première ministre Élisabeth Borne à la fin du mois d'août dernier. Le ministre de la Santé évoque aussi une "bonne nouvelle" : "on a les meilleures campagnes de recrutement de personnel paramédicaux", affirme-t-il et même, "depuis dix ans, on rouvre des lits, notamment à l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris".

--------------------

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mercredi 29 novembre :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.