Cet article date de plus d'un an.

Nucléaire, zones à faibles émissions, risque de coupures de courant… Ce qu'il faut retenir de l'interview d'Agnès Pannier-Runacher

La ministre de la Transition énergétique était l'invitée du "8h30 franceinfo", mercredi 1er mars 2023.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 26 min
Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique était l'invitée du "8h30 franceinfo", mercredi 1er mars 2023. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, était l'invitée du 8h30 franceinfo, mercredi 1er mars 2023. Nucléaire, zones à faibles émissions, risque de coupures de courant… Elle répond aux questions de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia.

Financement de nouveaux réacteurs nucléaires : "Pas besoin d'un nouvel impôt"

Pour financer les six nouveaux réacteurs EPR commandés par le gouvernement à EDF, "On n'a pas besoin d'un nouvel impôt", affirme Agnès Pannier-Runacher. "On a besoin de financements 'long terme' qui peuvent venir de la part l'État", explique-t-elle. Autre option, "il a été évoqué à un moment que la Caisse des dépôts puisse accompagner en financement cette construction, c'est une possibilité".

"Ce qui est sûr, c'est que nous caleront les paramètres du financement d'ici la fin de l'année", précise la ministre de la Transition énergétique. En tout cas, elle prend bien soin de préciser que "ce n'est pas une dépense", car "on investit dans quelque chose qui doit nous rapporter de l'argent". Le PDG d'EDF, Luc Rémont, a confirmé mardi lors d'une audition devant l'Assemblée que l'investissement pour construire six nouveaux EPR est d'un ordre de grandeur de 51 milliards d'euros.

Zones à faibles émissions : les collectivités territoriales doivent "travailler"

Agnès Pannier-Runacher appelle les "collectivités locales" à travailler "avec le gouvernement pour trouver les meilleures solutions" en réponse aux problèmes posés par la mise en place des Zones à faibles émissions (ZFE), pointés par divers responsables politiques. Parmi eux, le secrétaire national du Parti communiste Français (PCF), Fabien Roussel, qui a appelé lundi 27 février sur franceinfo à "revenir en arrière" sur ce sujet.

"Je rappelle que ce gouvernement a permis à plus d'un million de Français de changer de véhicule et que nous continuons à soutenir l'accès aux véhicules électriques", souligne la ministre. Par ailleurs, "les collectivités locales ont également l'opportunité de compléter ces aides".

Revente par EDF d'électricité aux fournisseurs alternatifs : "Nous devons ajuster le prix"

"Nous devons ajuster le prix pour être en ligne avec la réalité des coûts de production d'EDF", reconnaît Agnès Pannier-Runacher à propos de l'Accès régulé à l'électricité nucléaire historique (ARENH). Ce mécanisme permet aux fournisseurs alternatifs d'acheter à l'énergéticien public des volumes d'électricité issue du nucléaire à prix avantageux. Problème, "le tarif qui a été fixé à 42 euros [du mégawattheure] en 2010" ne correspond plus au coût de production du même mégawattheure, ce qui grève les finances d'EDF. Résultat, en 2022 : une perte de 8,34 milliards d'euros.

"Nous avons un enjeu essentiel pour faire en sorte que les Français, qui ont toujours bénéficié d'un prix de l'électricité extraordinairement compétitif en Europe, puissent continuer à en bénéficier", ajoute-t-elle. Dans le même temps, "nous sommes [l'État] l'actionnaire quasi-unique désormais, puisque nous visons à être à 100 % dans le capital d'EDF". "Nous serons aux côtés d'EDF, et nous ferons en sorte que le modèle soit viable pour EDF", assure la ministre.

Le risque de coupures de courant derrière nous "si on continue à faire un effort de sobriété"

Le risque de coupures de courant est-il derrière nous ? "Oui, si on continue à faire un effort de sobriété", répond Agnès Pannier-Runacher. "La sobriété, ça nous a permis de passer notamment le point qui a été le plus froid dans l'hiver, le 12 décembre dernier", ajoute-t-elle. Le risque de tensions sur le réseau électrique pour le reste de l'hiver est passé de "moyen" à "faible", a indiqué le gestionnaire du réseau de haute et très haute tension RTE, vendredi 24 février.

----------------------------------------------

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mercredi 1er mars 2023 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.