8h30 Fauvelle-Dély, France info

"Nous allons réformer profondément les études médicales et paramédicales", assure Frédérique Vidal

La ministre de l'Enseignement supérieur, invitée de franceinfo vendredi, a précisé vouloir "penser à ce que va être la médecine de demain".   

La ministre de l\'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, invitée de franceinfo le 14 septembre 2018.
La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, invitée de franceinfo le 14 septembre 2018. (RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a assuré vendredi 14 septembre sur franceinfo que le gouvernement souhaitait "réformer profondément les études médicales et paramédicales". Cette réforme, assure-t-elle, "garantira la qualité de la formation qui est excellente en France, mais en pensant aussi à la médecine de demain"

"Il faut qu'on fasse des passerelles", a ajouté Frédérique Vidal, sans pour autant infirmer ou confirmer la fin du numerus clausus. "Des médecins vont avoir de plus en plus besoin de compétences en informatique. On va travailler avec des équipes pluridisciplinaires, a poursuivi la ministre. Donc, on va proposer une réforme complète."  Des annonces seront faites la semaine prochaine en présence du président de la République Emmanuel Macron et de la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Interrogée sur Parcoursup qui se termine le 21 septembre, la ministre a assuré qu'"un peu moins de 2 500" candidats sans affectation restaient inscrits sur la plateforme d'admission à l'enseignement supérieur.

La ministre a défendu le dispositif qui a succédé cette année à APB. "50 000 jeunes de plus que l'année dernière [trouvent] leur formation au travers de Parcoursup" et "25 000 jeunes de plus [que l'année dernière] ont eu quelque chose qu'ils préféraient", a-t-elle déclaré. 

Sur d'éventuels aménagements pour l'année prochaine, la ministre a "demandé à ce qu'un bilan complet soit fait". Concernant le retour d'un classement des vœux des élèves par ordre de préférence, la ministre a estimé qu'"une hiérarchisation a priori, c'est vraiment délétère si on veut lutter contre l'autocensure et si on veut remettre en place une égalité réelle des chances".

"43% des jeunes de l'académie de Créteil [sont désormais] inscrits dans des formations à Paris contre 26% l'an dernier" et "cette année, c'est + 29% de lycéens boursiers [par rapport à l'année dernière] qui ont été pris dans les classes préparatoires parisiennes", a assuré Frédérique Vidal.

Regardez l'intégralité de l'entretien de la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, sur franceinfo le 14 septembre 2018.

La ministre de l\'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, invitée de franceinfo le 14 septembre 2018.
La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, invitée de franceinfo le 14 septembre 2018. (RADIO FRANCE / FRANCE INFO)