8h30 franceinfo, France info

Lubrizol : "Une terrible catastrophe industrielle", mais qui "ne rentre pas dans le champ d'état de catastrophe technologique", pour Sibeth Ndiaye

Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, estime que la reconnaissance de l'état de catastrophe technologique n'est pas juridiquement adaptée après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen, malgré la demande de plus de cent élus.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Sibeth Ndiaye, secrétaire d\'État auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement, vendredi 4 octobre 2019 sur franceinfo
Sibeth Ndiaye, secrétaire d'État auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement, vendredi 4 octobre 2019 sur franceinfo (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, répond vendredi 4 octobre sur franceinfo à la demande de la centaine d'élus qui réclame la reconnaissance de l'état de catastrophe technologique après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen"Ça a été une terrible catastrophe industrielle, mais ça ne rentre pas dans le champ d'état de catastrophe technologique", précise la secrétaire d'État auprès du Premier ministre.

Le gouvernement n'a pas l'entière certitude que ça serve à quelque chose

Sibeth Ndiaye

sur franceinfo

La porte-parole du gouvernement rappelle que l'état de catastrophe technologique résulte d'une loi qui a été votée en juillet 2003 "relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages", après la catastrophe d'AZF de Toulouse, en 2001. L'usine avait explosé, faisant 31 morts et plus de 2000 blessés, près de 30 000 sinistrés.

Pas de destruction de logements à Rouen

La catastrophe d'AZF, "ça a été une explosion, des logements fortement endommagés, dont une partie rendue totalement inhabitable. Il s'agissait de faire en sorte que les assurances, sans franchise, puissent prendre le relais des habitants pour réparer leurs logements", rappelle Sibeth Ndiaye.

Je pense que le mot de 'catastrophe technologique' correspond bien à ce qu'on a ressenti sur place, mais en première lecture juridique, il ne pourrait pas s'appliquer

Sibeth Ndiaye

sur franceinfo

"C'est bien d'agiter des mots, et je pense que le mot de 'catastrophe technologique' correspond bien à ce qu'on a ressenti sur place, parce que ça a été une terrible catastrophe industrielle, mais en l'occurrence, il nous semble en première lecture juridique que ça ne pourrait pas s'appliquer avec efficacité dans le cas qui nous préoccupe", précise la porte-parole du gouvernement.

Premiers résultats d'expertises "d'ici ce week-end"

Sibeth Ndiaye ajoute que le Premier ministre a demandé une expertise juridique "pour voir si ça avait un intérêt de le faire, c'est en train de se dérouler en ce moment, et puis on avisera".

Concernant les indemnisations des agriculteurs touchés par les suies, la secrétaire d'Etat a expliqué que le gouvernement est dans l'attente des résultats sanitaires. "Après avoir eu les résultats sanitaires, on regardera comment les agriculteurs seront accompagnés." Une première vague de résultats "arrivera d'ici au week-end".

Revoir l'interview en intégralité : 

Sibeth Ndiaye, secrétaire d\'État auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement, vendredi 4 octobre 2019 sur franceinfo
Sibeth Ndiaye, secrétaire d'État auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement, vendredi 4 octobre 2019 sur franceinfo (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)