Licences de pêches, libertés publiques en Europe... Le "8h30 franceinfo" de Stéphane Séjourné

écouter (26min)

Le président du groupe Renew au Parlement européen était l'invité du "8h30 franceinfo", vendredi 19 décembre 2021.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Stéphane Séjourné, président du groupe Renew au Parlement européen, était l'invité du "8h30 franceinfo", vendredi 19 décembre 2021. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Stéphane Séjourné, président du groupe Renew au Parlement européen était l'invité du "8h30 franceinfo", vendredi 19 décembre 2021. Licences de pêches, libertés publiques en Europe... Il répond aux questions de Lorrain Sénéchal et Neila Latrous.

Licences de pêche : "Il ne faut jamais faire confiance à Boris Johnson"

La France se prépare à indemniser les navires de pêche qui se retrouvent sans licence avec le Brexit, ce qui est considéré par les pêcheurs français comme un "fiasco". Stéphane Séjourné affirme que ce mécanisme d'indemnisation "a été prévu dès le début des négociations avec les Britanniques sur le Brexit". Alors des mesures de rétorsion sont-elles encore sur la table ? "Il ne faut rien écarter à ce stade", a-t-il dit.

"Il ne faut jamais faire confiance à Boris Johnson, c'est la leçon que je retiens", déclare Stéphane Séjourné. "Il faut que la France soit ferme", ajoute-t-il. Mais pour Stéphane Séjourné, s'il faut être ferme, "il faut être ferme à 27 et il faut donc que la Commission européenne aussi nous aide à tenir ces accords."

Libertés publiques en Europe : "Les sanctions prévues n'ont jamais été appliquées"

"L'Union européenne doit être ferme, y compris avec ses membres", déclare Stéphane Séjourné. Une fermeté affichée alors que la France va prendre en janvier la présidence tournante de l'union européenne et aura à traiter plusieurs sujets sensibles dont la crise migratoire à la frontière avec la Pologne, ou encore le recul de l'État de droit au sein de l'UE en Hongrie et en Pologne.

Selon le président du groupe Renew au Parlement européen, avec la Pologne et la Hongrie, "il faut différencier deux enjeux : il y a les sujets d'États de droit et de démocratie. C'est l'indépendance de la justice, la liberté de la presse, c'est notre capacité à peser sur des fondamentaux de libertés publiques qui sont une exigence pour les 27 États membres". Et, rappelle l'eurodéputé LREM, "pour ça il y a des sanctions qui sont prévues. Aujourd'hui la difficulté des Européens c'est qu'une partie de la classe politique européenne a presque plus peur du jeu d'éventuelles chaises vides en Europe parce que c'est l'unanimité du conseil qui prévaut, et un État membre peut bloquer le travail du Conseil". Donc pour Stéphane Séjourné, "il faut qu'on arrive dans ce mécanisme-là à crédibiliser nos sanctions, qui aujourd'hui n'ont jamais été appliquées."

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du vendredi 19 novembre 2021 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.