Inflation alimentaire, dématérialisation du ticket-restaurant... Le "8h30 franceinfo" d'Olivia Grégoire

La ministre déléguée chargée des PME, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme était l'invitée du "8h30 franceinfo", lundi 2 octobre 2023.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 26 min
La ministre déléguée chargée des PME, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme, sur frranceinfo, lundi 2 octobre 2023. (RADIOFRANCE / FRANCEINFO)

Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des PME, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme, était l'invitée du "8h30 franceinfo", lundi 2 octobre 2023. Inflation alimentaire, tickets-restaurant... Elle répondait aux questions de Jérôme Chapuis et Sahlia Brakhlia.

Tickets-resto : une dématérialisation "avant 2026"

Olivia Grégoire annonce la généralisation de "la dématérialisation des tickets-restaurant" pour qu'"avant 2026, on puisse être tout dématérialisé" et "faire en sorte que ça coûte moins cher aux restaurateurs de prendre les tickets-resto". "Les commissions sont trop élevées et les démarches sont beaucoup trop lourdes pour les restaurateurs",estime Olivia Grégoire, rappelant "qu'un quart des commerces" les refusent actuellement. "J'ai missionné il y a plusieurs mois l'Autorité de la concurrence, pour voir si le fonctionnement du marché des tickets-resto était équitable. Nous aurons les résultats dans les jours qui viennent" mais si un "dysfonctionnement de marché était prouvé, je ne prendrai pas de temps pour plafonner les commissions sur les tickets-resto" comprises aujourd'hui "entre 3 et 5%". "Nous les plafonnerons au plancher plutôt qu'au plafond", aassure-t-elle.

Inflation alimentaire : la marge de 10% "sert à protéger les producteurs"

"La loi, elle s'applique à tous" et "on ne fait pas 20 000 lois parce qu'il y a 20 000 références dans les hypermarchés de M. Leclerc", réagit la ministre déléguée, quelques jours après les déclarations sur franceinfo de Michel-Edouard Leclerc. Le PDG du groupe dénonçait le fait qu'"on nous oblige à prendre des marges sur l'alimentaire" de 10% "sur des produits qui ne sont absolument pas produits en France ou qui n'impactent pas le revenu agricole", faisant référence à la loi EGalim 1 de 2018. "Cela impacte un tiers du caddie des Français. Donc ça, c'est mon prochain combat", avait-il également assuré. Cette "marge de 10%", "elle sert à protéger les producteurs", répond la ministre Olivia Grégoire. "Michel-Edouard Leclerc a une considération de la souveraineté alimentaire qui est assez spécifique, qui fait son charme, mais qui est assez personnelle", a taclé la ministre,

----------

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du lundi 2 octobre 2023 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.