8h30 franceinfo, France info

Blocage du 17 novembre : Marlène Schiappa voit "une forme de recomposition de la vie politique très inédite"

La secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes a commenté le soutien de plusieurs partis d'opposition aux manifestations prévues samedi contre le prix des carburants, citant "à la fois Robert Ménard, Jean-Luc Mélenchon et le PS". 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Marlène Schiappa, secrétaire d\'Etat à l\'Egalité entre les femmes et les hommes et à la lutte contre les discriminations, invitée de franceinfo le 15 novembre 2018. 
Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes et à la lutte contre les discriminations, invitée de franceinfo le 15 novembre 2018.  (RADIO FRANCE)

"Il y a une infiltration, et j'ai l'impression que l'extrême droite tente de récupérer", a déclaré, à propos du blocage du 17 novembre, Marlène Schiappa. La secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes et à la lutte contre les discriminations, invitée jeudi 15 novembre de franceinfo, a estimé aussi que "des gens de bonne foi s'interrogent sur la manière dont ils vont boucler leur fin de mois et il faut les écouter".   

Marlène Schiappa a notamment jugé "scandaleuse" une affiche qu'elle attribue à Robert Ménard, maire de Béziers, qui fait "le parallèle entre les hommes dans les tranchées lors de la Première Guerre mondiale et les manifestants". Le mouvement du 17 novembre a reçu le soutien de plusieurs leaders de partis d'opposition. "Chacun est libre de manifester", a estimé la secrétaire d'Etat. Toutefois, "avoir une manifestation avec à la fois Robert Ménard, Jean-Luc Mélenchon et le PS qui déclare la soutenir, je crois que c'est une forme de recomposition de la vie politique très inédite", a-t-elle poursuivi.    

Par ailleurs, interrogée sur l'entretien la veille sur TF1 d'Emmanuel Macron, la secrétaire d'État a estimé avoir vu un président "lucide". "On peut se réjouir d'avoir un président (...) qui voit la réalité en face, qu'effectivement il y a encore une fracture entre les citoyens français et leurs dirigeants", a-t-elle expliqué. "On dit qu'il n'y a pas assez d'écoute et de considération de la part du gouvernement en direction de l'ensemble des Français. Il faut amplifier ce travail (...) d'aller partout en France, en direct, à l'écoute de chaque Française et Français", a jugé Marlène Schiappa.

Appelée à s'exprimer sur l'affaire de fichage ethnique au PSG, révélée par les "Football Leaks", "s’il y a des sanctions à prendre, évidemment nous les prendrons  (...), mais nous allons prendre les choses étape par étape, a déclaré la secrétaire d'État. Nous allons regarder les résultats de l’enquête interne, voir ce qu’il en ressort et faire en sorte que ça ne se reproduise plus."

Enfin, au sujet de l'extension de la PMA à toutes les femmes, la secrétaire d'État à l'Egalité a indiqué qu'elle serait "évidemment remboursée". "On ne remplace pas une discrimination par une autre discrimination", a-t-elle ajouté.  

Marlène Schiappa, secrétaire d\'Etat à l\'Egalité entre les femmes et les hommes et à la lutte contre les discriminations, invitée de franceinfo le 15 novembre 2018. 
Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes et à la lutte contre les discriminations, invitée de franceinfo le 15 novembre 2018.  (RADIO FRANCE)