Barrage à Marine Le Pen, accords aux législatives, bilan de la présidentielle des Verts... Le "8h30 franceinfo" de Julien Bayou

écouter (26min)

Le secrétaire national d'Europe Écologie-Les Verts était l'invité du "8h30 franceinfo", dimanche 17 avril 2022.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Julien Bayou, secrétaire national d'Europe Écologie-Les Verts était l'invité du "8h30 franceinfo", dimanche 17 avril 2022. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Julien Bayou, secrétaire national d'Europe Écologie-Les Verts et conseiller régional d'Île-de-France, était l'invité du "8h30 franceinfo", dimanche 17 avril 2022. Barrage à Marine Le Pen, accords aux législatives, bilan de la campagne présidentielle de Yannick Jadot... Il répond aux questions d'Ersin Leibowitch et Jean-Jérôme Bertolus.

"Je n'attends rien d'Emmanuel Macron, mon vote ne vaut pas soutien"

"Je n'attends rien d'Emmanuel Macron, je ne lui demande rien : mon vote et celui des écologistes ne vaut pas quitus, ne vaut pas soutien", déclare Julien Bayou. Interrogé suite aux annonces d'Emmanuel Macron sur la planification écologique lors de son meeting du samedi 16 avril à Marseille, Julien Bayou n'a pas mâché ses mots : "Il avait 5 ans pour agir et il ne l'a pas fait, il a été condamné pour inaction climatique, donc il n'y a aucune raison de croire véritablement en ses promesses." Néanmoins, le secrétaire général d'EELV votera pour Emmanuel Macron : "je ne le fais pas pour lui, mais pour mon pays, pour la sauvegarde des libertés, pour protéger notre démocratie, car l'extrême droite est un danger".

Très critique sur le bilan écologique du président sortant, Julien Bayou rappelle que le Haut Conseil pour le climat, "qu'il a lui-même mis en place", considère "que la politique menée ne nous met pas sur le droit fil des accords de Paris". Julien Bayou prend l'exemple de la rénovation thermique, "un enjeu majeur" qui soulage à la fois "le porte-monnaie et la facture énergétique à l'international", sur lequel "on a pris un retard incroyable", déplore l'écologiste. "Je ne vais pas vous faire l'article d'un Emmanuel Macron écolo, je n'y crois pas", conclut-il.

Législatives : Bayou appelle à une discussion entre EELV et LFI "avant le second tour"

"Il faut qu'une discussion [entre Europe Écologie-Les Verts et La France Insoumise] ait lieu avant le second tour de l'élection présidentielle pour préparer les législatives", lance Julien Bayou. S'il admet des "points de désaccord, en particulier sur les affaires étrangères" entre les deux partis politiques, le secrétaire national d'EELV reconnaît surtout "des points de convergence très forts en ce qui concerne les domaines de l'Assemblée" nationale. "Yannick Jadot proposait un revenu minimum citoyen, La France Insoumise l'appelle 'garantie d'autonomie', le principe est le même", explique-t-il.

Julien Bayou souhaite donc "a minima, un pacte de non concurrence" afin que les deux partis rentrent "ensemble plus nombreux à l'Assemblée". Cela permettra, selon lui, à la gauche de s'"opposer à l'inaction climatique et à la casse sociale d'Emmanuel Macron s'il est réélu". Mais le secrétaire national d'Europe Écologie-Les Verts est catégorique, "les clés du rassemblement, du pacte de non concurrence" sont entre les mains de La France Insoumise. "Elle est arrivée en tête, ça lui donne un grand pouvoir et une grande responsabilité", juge-t-il.

Présidentielle, "l'échec" du premier tour

Le résultat d'Europe Écologie-Les Verts au premier tour de l'élection présidentielle "est décevant, c'est un échec", déplore Julien Bayou. Le candidat Yannick Jadot a réuni 4,7% des voix et sa campagne "n'a pas fonctionné", assume le numéro 1 d'EELV. Il appelle donc son parti à "se poser des questions et tirer les leçons". Et pour ce faire, lors d'un "conseil fédéral" organisé samedi 16 avril par EELV, Julien Bayou a demandé à ce que soit produit "une sorte de cahier de doléances pour que les militants puissent faire remonter leurs ressentis".

Europe Écologie-Les Verts n'ayant pas réussi à passer la barre des 5% lors du premier tour de la présidentielle, ses frais de campagne ne seront pas remboursés. "C'est une ardoise, un déficit très lourd de plus de cinq millions d'euros que nous devons rembourser", regrette Julien Bayou. Il rappelle qu'un appel aux dons a été lancé, récoltant en une semaine 1,2 million d'euros. Le secrétaire national d'EELV salue ainsi "un effort de solidarité incroyable" mais ajoute qu'un "effort supplémentaire" sera demandé aux "élus qui cotisent chaque mois".

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du dimanche 17 avril 2022 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.