8h30 Toussaint-Aphatie, France info

Valérie Pécresse veut "une cohabitation apaisée et constructive"

La présidente LR de la région Ile-de-France, invitée de franceinfo vendredi, assure qu'après la présidentielle, les Français veulent "une complémentarité" à l'occasion des législatives.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La présidente Les Républicains (LR) de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, invitée de franceinfo vendredi 12 mai.
La présidente Les Républicains (LR) de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, invitée de franceinfo vendredi 12 mai. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)

La présidente Les Républicains (LR) de la région Ile-de-France, invitée de franceinfo vendredi 12 mai, a défendu la nécessité d'une "cohabitation" issue d'une majorité parlementaire avec "une droite et un centre très soudés". Pas de "blocage", a assuré Valérie Pécresse, mais un programme qui va "plus loin sur les réformes"

On a un président qui est légitime, donnons-lui une majorité de la droite et du centre.

Valérie Pécresse, Les Républicains

Pour Valérie Pécresse, les législatives des 11 et 18 juin représentent "le troisième tour" de l'élection présidentielle. "On a un président assez ouvert finalement, une droite et un centre soudés, qui ont un programme portant plus de réformes pour lutter contre le chômage, plus de pouvoir d'achat, pas de hausses d'impôts et qui porte beaucoup plus d'autorité, en matière de sécurité, de lutte contre l'islamisme radical, contre le communautarisme", a-t-elle affirmé, ajoutant que le programme d'Emmanuel Macron ne va "pas assez loin dans la réforme".

Du renouveau "dans la tradition"

Interrogée sur la liste des candidats de La République en marche aux législatives présentée jeudi, comportant 52% de personnes issues de la société civile, Valérie a déclaré être restée "un peu sur sa faim". "Ce qui m'a frappé c'est qu'il y avait beaucoup de choses qui ressemblaient à de la politique traditionnelle, des petites arrangements politiques, des accords d'appareil", a-t-elle expliqué.

C'est "un pari", a-t-elle ajouté. "Je pense que c'est utile de régénérer la politique, je l'ai fait dans mes listes pour la région. Cela permet de former des personnalités pour que petit à petit elles apprennent la politique." La présidente de région a lancé une mise en garde sur "le côté glamour de la politique", accompagné aussi d'un côté "sacerdoce". "Les Français sont très exigeants, ce qu’ils veulent c’est qu’on soit à leur service, et qu'on apporte des solutions", a estimé Valérie Pécresse.

Tacle à Gilbert Collard

Valérie Pécresse a adressé, jeudi, sur Twitter "un soutien féminin et républicain" à l'épouse du président de la République "victime de commentaires sexistes et misogynes". "Je pense que Brigitte Macron tient son rang et je n'accepte pas qu'on l'attaque", a expliqué la présidente de la région Ile-de-France. Par ailleurs, Valérie Pécresse a critiqué les arguments de Gilbert Collard sur le choix de Marion Maréchal-Le Pen, à propos de son retrait de la vie politique. Le député apparenté FN du Gard a estimé que la compatibilité entre la maternité et la vie politique "dépendait de l'intensité d'amour qu'on a pour ses enfants". Pour l'élue LR, "ce genre de discours totalement sexiste est abominable".

"Oui, on peut aimer ses enfants et être élu, Oui, on peut aimer ses enfants et avoir un travail, oui, les femmes peuvent avoir des enfants et travailler dans la société du XXIe siècle", a-t-elle affirmé. "On voit ce qu'il y a derrière puisque c'est Marie Sara [candidate investie par La République en marche] qui a des enfants, qui arrive dans sa circonscription", a ajouté Valérie Pécresse.

Regardez l'intégralité de l'entretien de Valérie Pécresse sur franceinfo le vendredi 12 mai 2017.


Valérie Pécresse veut "une cohabitation apaisée... par franceinfo
RADIO FRANCE / FRANCEINFO

La présidente Les Républicains (LR) de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, invitée de franceinfo vendredi 12 mai.
La présidente Les Républicains (LR) de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, invitée de franceinfo vendredi 12 mai. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)