8h30 Toussaint-Aphatie, France info

Stéphane Le Foll veut se donner "du temps et du recul" avant de faire son choix pour la primaire de la gauche

Le porte-parole du gouvernement et ministre de l'Agriculture, invité de franceinfo lundi, veut prendre "du temps et un peu de recul" avant de choisir un candidat dans la primaire de la gauche et a refusé de dire s'il en soutiendrait le vainqueur.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Stéphane Le Foll, invité de franceinfo lundi, s'est exprimé lundi 5 décembre sur le rendez-vous programmé par Manuel Valls. Le Premier ministre va annoncer sa candidature à la présidentielle ce lundi à 18h30, depuis la mairie d'Evry, dans l'Essonne. Qui pour remplacer Manuel Valls, en cas logique de démission ? Le nom du porte-parole du gouvernement est cité parmi les successeurs possibles à l'actuel Premier ministre. "J’ai toujours assumé mes responsabilités. J’ai acquis une expérience, une vision des choses qui peut justifier qu’on cite mon nom", a déclaré Stéphane Le Foll. 

Du "recul" avant le choix pour la primaire

Stéphane Le Foll va-t-il soutenir Manuel Valls à la primaire de la gauche ? "J'ai dit que je prendrai du temps et du recul. Je pense que la gauche a besoin de se rassembler. Je suis là pour regarder politiquement ce qui nous permettra de gagner." Le porte-parole du gouvernement veut "voir les grands enjeux, les lignes directrices". "Je ne suis pas là pour annoncer un soutien, mais pour voir ce qui nous fera gagner", a-t-il déclaré.

Manuel Valls "fait figure de celui qui va incarner cette gauche de gouvernement, celle qui a gouverné depuis cinq ans bientôt. Mais au-delà de ce qu'il incarne, il y aura les pistes et les projets à mettre sur la table", a précisé Stéphane Le Foll.

Soutiendra-t-il le vainqueur de la primaire ? Le porte-parole du gouvernement a déclaré lundi ne pas avoir "beaucoup de goût pour ce que peut proposer Arnaud Montebourg". Pour lui, l'ancien ministre "a dit beaucoup de choses, en particulier qu’il fallait appeler à faire venir des gens de droite pour battre François Hollande. J’ai été le seul à dire que ce n’était pas comme ça qu’on devait faire une primaire". 

Le porte-parole du gouvernement a aussi regretté qu'il n'y ait pas eu "plus de lignes directrices de la part du premier secrétaire du PS. Au moment où Arnaud Montebourg a dit ce qu'il a dit, j'ai été le seul à dire non, on ne peut pas faire ça".

"J'irai voter à la primaire" a précisé Stépahne Le Foll. "Je réponds ce que je réponds", a-t-il déclaré. "Ce qui m'a insupporté, c'est de voir que certains s'engagent dans cette primaire au nom d'un débat et qu'ils en avaient déjà clos l'issue."

"Cuba n'est pas une démocratie"

Ségolène Royal, qui représentait la France aux funérailles de Fidel Castro dimanche, a suscité la polémique après avoir relativisé la veille les accusations de violations des droits de l'Homme à Cuba. "Quand on demande des listes de prisonniers politiques, on n’en n’a pas. Je considère qu’il y a beaucoup de désinformation", a déclaré la ministre de l'Environnement. Interrogé sur ces commentaires, Stéphane Le Foll a rappelé la position de la France.

"Les commentaires sur Cuba en soi au moment d’un deuil auraient pu attendre. Les problèmes des droits de l'Homme existent", déclare Stéphane Le Foll. "Cuba a engagé une transition fragile et encore timide. Il y a eu un accord avec les Etats-Unis d'Obama. Un accord européen est en discussion, entre l'Europe et Cuba", a précisé le porte-parole du gouvernement. "Dans cet accord, la question des droits de l'Homme sera clairement évoquée. Même si l'Histoire, on la connait, on n'est pas dans une démocratie à Cuba, ça n'a jamais été le cas. Il y a des problèmes de liberté et depuis longtemps."  

Retrouvez l'intégralité de l'entretien de Stéphane Le Foll sur franceinfo le lundi 5 décembre.


Stéphane Le Foll veut se donner "du temps et du... par franceinfo