8h30 Toussaint-Aphatie, France info

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, Alain Juppé a "une vision moins conservatrice de la société"

Nathalie Kosciusko-Morizet soutient Alain Juppé pour le second tour de la primaire à droite, jugeant mardi sur franceinfo la ligne de François Fillon plus conservatrice.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de l’Essonne, 4e de la primaire de la droite et du centre.
Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de l’Essonne, 4e de la primaire de la droite et du centre. (Jean-Christophe Bourdillat / Radio France)

Nathalie Kosciusko-Morizet était l'invitée de franceinfo mardi 22 novembre. Candidate à la primaire de la droite, la députée Les Républicains de l'Essonne est arrivée en quatrième position au premier tour. Elle s'est prononcée en faveur d'Alain Juppé pour le second tour.  

Nathalie Kosciusko-Morizet a estimé que "deux lignes politiques se présentent pour la second tour de la primaire de la droite, deux lignes différentes". "Personnellement, j'ai défendu une troisième ligne qui et j'ai eu, contre les attentes, la quatrième place", déclare-t-elle. Pour "faire vivre cette ligne dans un deuxième tour", elle a préféré soutenir le maire de Bordeaux, plutôt que François Fillon. "J’ai pensé que mes idées et la ligne s'y retrouveraient mieux et qu'elles seraient mieux entendues, notamment sur les enjeux de société", a déclaré la députée de l'Essonne. 

Selon la présidente du groupe Les Républicains au conseil de Paris, il y a des différences d'approche entre les options des deux candidats. "Le programme François Fillon est d’une grande radicalité, le programme d'Alain Juppé est plus nettement dans la réforme."

"Alain Juppé a "une vision moins conservatrice de la société"

Nathalie Kosciusko-Morizet

Selon la députée de l'Essonne, "François Fillon est soutenu par des organisations très conservatrices de droite, Sens commun, mais pas seulement". "Sur un sujet comme la loi Taubira, le mariage pour tous, j'étais pour. Il ne faut pas rouvrir le débat  La société a tranché. François Fillon a annoncé son intention de revenir sur la loi. C’est une mauvaise idée. C'est rouvrir des blessures, refracturer la société", a déclaré Nathalie Kosciusko-Morizet.

Le choix de la sobriété

La députée de l’Essonne a aussi estimé sur franceinfo que François Fillon était "un gars sérieux, ça ne fait pas de doute". "Je pense que les Français ont apprécié la sobriété. C'était une des choses qui était reprochée à Nicolas Sarkozy. Ils apprécient la sobriété du pouvoir. Ils ont raison", a-t-elle assuré.

Alain Juppé et François Fillon "sont tous les deux sobres et certains diraient austères", a ajouté la députée de l'Essonne.

L'engagement, quel que soit le résultat

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, le choix de François Fillon et Alain Juppé montre que "les Français ne veulent plus de François Hollande. Et moi, c'est sûr que je ne veux plus de la  gauche. Je veux que ça bouge. Je veux qu'on puisse changer les choses en France" a-t-elle expliqué. La députée de l'Essonne a également assuré qu'elle s'engagerait, comme promis, en faveur de François Fillon, s'il sortait gagnant de la primaire, rappelant qu'elle en a toujours défendu l'organisation : "Je défends le principe des primaires, symbole de diversité et de modernité".

Retrouvez l'intégralité de l'entretien de Nathalie Kosciusko-Morizet mardi 22 novembre sur franceinfo


Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, Alain Juppé a... par franceinfo

Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de l’Essonne, 4e de la primaire de la droite et du centre.
Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de l’Essonne, 4e de la primaire de la droite et du centre. (Jean-Christophe Bourdillat / Radio France)