8h30 Toussaint-Aphatie, France info

Congrès de Versailles. Un "sermon" du Président "long, gazeux et décevant" selon Marine Le Pen

La présidente du Front national, invitée de franceinfo mardi, a jugé "décevante" l'adresse d'Emmanuel Macron devant le Congrès, précisant qu'"une vision était annoncée et qu'il y a eu un sermon". 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Marine Le Pen, présidente du FN et député du Pas-de-Calais.
Marine Le Pen, présidente du FN et député du Pas-de-Calais. (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)

La présidente du Front national (FN), invitée de franceinfo mardi 4 juillet, a réagi à l'adresse du président de la République la veille devant le Congrès réuni à Versailles. C'était "long, gazeux et décevant", a déclaré la députée du Pas-de-Calais. "On nous annonçait une vision, nous avons eu un sermon", a ajouté Marine Le Pen, regrettant de "ne pas en savoir plus en entrant qu'en sortant"

Proportionnelle : pas d'"aumône à la démocratie"

Appelée à réagir sur les réformes institutionnelles annoncées par Emmanuel Macron et en particulier la dose de proportionnelle aux législatives, Marine Le Pen a dit souhaiter une ampleur intégrale. "100% de proportionnelle avec pourquoi pas une prime pour la liste arrivée en tête pour réduire les inquiétudes en matière de stabilité." Selon la présidente du FN, "10% serait une aumône à la démocratie". 

Le nom du FN mis sur la table

Interrogée sur la refondation de son parti, Marine Le Pen a déclaré vouloir "tout remettre sur la table", en associant les adhérents à cette démarche. Elle aboutira à un congrès prévu en mars 2018, a-t-elle précisé. Auparavant, un questionnaire sera envoyé aux adhérents "probablement dans le courant du mois de septembre".  

La question du changement du nom du parti sera aussi étudiée. "Je crois qu’il faut vraiment tout remettre sur la table, si on veut repartir avec une grande force puissante, capable d’attirer, aussi, des gens nouveaux, et de constituer, pourquoi pas, des annonces du même type que celle qui a eu lieu, lors de l’élection présidentielle, avec Nicolas Dupont-Aignan." Pour Marine Le Pen, la marque Front national a fait son temps. "Elle est usée, elle ne permet pas de réunir au-delà d'elle- même (...) Parce qu'il y aura une réalité nouvelle, il faut qu'il y ait un nom nouveau."

Un recours déposé après sa mise en examen

Marine Le Pen est mise en examen dans l'affaire des assistants parlementaires au Parlement européen. "Nous sommes aujourd'hui dans une gestion médiatique de ce type d'affaires qui fait fi de la présomption d'innocence", a-t-elle déclaré. La députée frontiste a précisé qu'elle s'expliquerait "lorsqu'un certain nombre de problématiques seront vidées devant les magistrats". "Je leur démontrerai que je n'ai absolument rien commis d'illégal", a-t-elle ajouté, confirmant qu'un recours avait été déposé.

Par ailleurs, la présidente du FN a réagi à la venue de Donald Trump à Paris pour le 14-Juillet, à l'invitation de l'Elysée. "Et pourquoi pas ? Entre les Etats-Unis et la France, il y a une longue histoire qui n'est pas que dans un seul sens. On rappelle souvent que les Etats-Unis ont fait beaucoup pour nous, on a fait pas mal pour eux aussi", a déclaré Marine Le Pen. "Mais, ce que je ne comprends pas, dans le comportement d’Emmanuel Macron, c’est la succession de symboles, qui sont des symboles contradictoires. On aimerait voir sa pensée clarifiée", a-t-elle ajouté.

Regardez l'intégralité de l'entretien de Marine Le Pen sur franceinfo le mardi 4 juillet 2017.


Congrès de Versailles. Un discours du Président... par franceinfo
RADIO FRANCE / FRANCEINFO

Marine Le Pen, présidente du FN et député du Pas-de-Calais.
Marine Le Pen, présidente du FN et député du Pas-de-Calais. (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)