8h30 Toussaint-Aphatie, France info

APL et HLM : la réforme, "vue comme trop rapide pour beaucoup" se fera "sur trois ans" annonce Amélie de Montchalin

La députée LREM de l’Essonne, invitée de franceinfo vendredi, a défendu l'amendement en discussion à l'Assemblée sur la réforme des APL. Les changements pour les bailleurs sociaux vont être étalés sur trois ans.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Amélie de Montchalin, députée LREM de l’Essonne.
Amélie de Montchalin, députée LREM de l’Essonne. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Amélie de Montchalin, députée LREM de l’Essonne, invitée de franceinfo vendredi 3 novembre, a défendu les modifications apportées par un amendement à la réforme des APL souhaitée par le gouvernement. Un des volets est dénoncé par les bailleurs sociaux publics, qui devront baisser les loyers. "On est en train de remettre les outils en face de leurs objectifs", a déclaré la députée. "Il y a un amendement qu'on est en train de voter qui permet que cette réforme, vue par beaucoup comme un peu trop rapide, se fasse sur trois ans." 

Selon Amélie de Montchalin, "les loyers aujourd’hui sont devenus le moyen pour les offices HLM, qui ne se sont pas rénovés depuis 40 ans, de financer leur innovation et leur construction". La députée souhaite que "les loyers servent à payer la rénovation et l’entretien quotidien". 

L'élue, chef de file des députés LREM à la Commission des finances, a précisé que cette mesure étalée sur trois ans devra "permettre de faire enfin la réforme que tout le monde appelle de ses voeux (...), que les élus locaux puissent s'associer au plan de développement, mais surtout que les six millions de Français qui attendent ou vivent dans le logement social voient que les charges et les loyers baissent, qu'on innove, qu'on rénove leurs bâtiments"Am élie de Montchalin a annoncé la mise en place de nouveaux outils : "On va mettre 3 milliards pour la rénovation thermique, parce qu’on paie aujourd’hui trop de charges, trop de chauffage quand on est locataire."

Castaner à la tête de LREM et au gouvernement ? 

Le porte-parole du gouvernement et secrétaire d'Etat, Christophe Castaner, a déposé officiellement jeudi sa candidature pour la direction de La République en Marche. Il devrait être le seul candidat. "Je vois des avantages et des inconvénients. (...) L'inconvénient, c'est que ça peut concentrer une forme d'influence dans un petit cercle", a estimé Amélie de Montchalin, qui lui a donné son parrainage. "On pourrait faire ce que tous les partis ont fait avant, faire une sorte de fausse élection (...) Christophe Castaner est là depuis le début (...) il connaît tous les députés, c'est un militant", a précisé la députée de l'Essonne. Doit-il rester au gouvernement ? Amélie de Montchalin a listé "les avantages et les inconvénients", sans prendre parti. 

RADIO FRANCE

"Je laisse à ceux qui prenne la décision de trancher", a conclu Amélie de Montchalin.

Taxe sur les dividendes annulée : "des choses d'amateurs"

La taxe sur les dividendes, instaurée en 2012, a été retoquée par le Conseil constitutionnel début octobre. Le gouvernement doit rembourser 10 milliards d'euros aux entreprises. Et 320 grandes entreprises françaises devraient être soumises à une surtaxe exceptionnelle d'impôt sur les sociétés, pour permettre à l'État de récupérer 5 milliards d'euros et de financer ce remboursement. "C'est la chronique d'une suite d'échecs et de manque de sérieux à la fois juridique et budgétaire. (...) On arrête de faire des choses d'amateurs, du bricolage", a déclaré Amélie de Montchalin.

RADIO FRANCE

Interrogée sur l'éventuelle responsabilité du président de la République, à l'époque secrétaire général adjoint de l'Elysée, Amélie de Montchalin a préféré évoquer "le moment charnière de 2015". "Christian Eckert, [secrétaire d’État chargé du Budget au ministère des Finances et des Comptes publics] dit au Sénat, 'effectivement on a un problème avec cette taxe'. Qu'est-ce qu'ils font ? Ils continuent, ils foncent dans le mur, ils ne provisionnent pas. Là, vous avez un vrai dysfonctionnement", a-t-elle dénoncé.  [A l'époque, Emmanuel Macron était ministre de l'Économie].

Rappelant que la Cour des comptes a qualifié le dernier budget du quinquennat de François Hollande d'"insincère", Amélie de Montchalin a précisé : "On est en train de solder le passé".

Regardez l'intégralité de l'entretien d'Amélie de Montchalin, sur franceinfo le 3 novembre 2017.

RADIO FRANCE

Amélie de Montchalin, députée LREM de l’Essonne.
Amélie de Montchalin, députée LREM de l’Essonne. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)