8h30 Toussaint-Aphatie, France info

Accueil des migrants : "Il faut que tous les territoires soient mis à contribution", selon Ian Brossat

L'adjoint communiste à la mairie de Paris, invité lundi de franceinfo, estime que le centre de premier accueil de la porte de la Chapelle "ne suffit pas", et que toutes les grandes métropoles doivent participer.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Ian Brossat,  adjoint PCF à la maire de Paris.
Ian Brossat,  adjoint PCF à la maire de Paris. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Ian Brossat, adjoint PCF à la maire de Paris chargé du logement, de l'habitat durable, et de l'hébergement d'urgence, a estimé que pour les migrants, un seul centre de premier accueil ne peut suffire dans la capitale. "Si on considère que la France et Paris doivent être des terres-refuges, il faut que tous les territoires soient aussi mis à contribution", a-t-il déclaré, un an après l'installation d'un centre porte de la Chapelle. Ian Brossat souhaite qu'il y ait ces structures "à Paris, mais aussi sur tout le parcours des migrants et que toutes les grandes métropoles prennent leur part de cet effort de solidarité". Aucun projet de centre supplémentaire n'est à l'ordre du jour sur Paris, a-t-il précisé. 

Il y a entre 70 et 80 migrants qui frappent à notre porte et arrivent à Paris tous les jours. Il faut s'organiser. On ne peut pas imaginer que ce flux disparaisse d'un claquement de doigts. Mais cela suppose que l'Etat assume ses responsabilités.

Ian Brossat, adjoint PCF à la mairie de Paris

à franceinfo

En revanche, la création d'un deuxième centre d’hébergement pour SDF dans le 16ème arrondissement va être proposé ce lundi, au conseil de Paris, a annoncé Ian Brossat. Il sera dédié aux femmes, a précisé l'élu.

Voir la vidéo

Le lieu n'est pas encore défini. Une "possibilité" portant sur la caserne Exelmans, qui "sera libérée en fin d'année 2018" est à l'étude.

Les plateformes de locations meublées surveillées

Ian Brossat a demandé au gouvernement un cadre juridique, "un décret pour sanctionner" les plateformes de location de meublés touristiques "qui ne respectent pas la loi ". "Si on veut effectivement réguler ce marché, il faut que les plateformes soient responsabilisées", a-t-il indiqué.

La plateforme Airbnb a proposé de limiter à 120 nuitées par an les locations de meublés de tourisme dans les quatre arrondissements centraux de Paris. "La loi dit que vous n'avez pas le droit de louer votre logement au-delà de 120 jours par an et les plateformes sont tenues de retirer les annonces au-delà de 120 jours par an (...)  À Paris, il n'y a pas quatre arrondissements mais 20 arrondissements. Je dis à Emmanuel Marill, le PDG de Airbnb, comme aux autres plateformes d'ailleurs, la loi s'applique partout", a déclaré Ian Brossat.

Voir la vidéo

"Il faut réguler ce phénomène. Non pas interdire la location occasionnelle mais empêcher que des gens se transforment en businessman de la location touristique parce que cela nous prive de logements", a-t-il expliqué.

La nécessité de bailleurs sociaux "en bonne santé"

Le gouvernement pourrait renoncer à la réforme des APL qui prévoyait une réduction de 1,7 milliard d’euros de ressources des organismes HLM français, selon une information de BFMTV. "Si le gouvernement recule sur cette question, ce serait une très bonne nouvelle et ça serait la première fois que le gouvernement recule sur une réforme emblématique", a réagi Ian Brossat. "Si cela se confirme, c'est une très bonne nouvelle parce qu'effectivement cette ponction aurait mis en très grande difficulté entre 200 et 300 bailleurs sociaux. Or, nous avons besoin de bailleurs sociaux en bonne santé pour construire du logement social", a-t-il ajouté.

Regardez l'intégralité de l'entretien de Ian Brossat sur franceinfo le lundi 20 novembre 2017.

RADIO FRANCE

Ian Brossat,  adjoint PCF à la maire de Paris.
Ian Brossat,  adjoint PCF à la maire de Paris. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)